Souquez les artimuses ! – Pirateries littéraires

pirates_livres_fantastique
Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl – Gore Verbinski (2003)

Oyez moussaillons !

Aujourd’hui, partons voguer sur frégates et galions aux côtés de compagnons d’infortune fort peu recommandables mais ô combien envoûtants : les corsaires, flibustiers, forbans, boucaniers, brigands et canailles, ruffians et voleurs, bref, les pirates !
Il y a de l’aventure pour tous les goûts, que vous préfériez naviguer les océans accompagnés des plus fameux écumeurs historiques ou côtoyer fantômes, zombies à travers des mers tumultueuses et inconnues.

Alors préparez les bouteilles de rhum (si vous êtes majeur)(avec modération)(mais je suis pas ta mère moussaillon) et rejoignez moi en clandestin dans les cales de fameux trois mats fins comme des oiseaux, hisse et oh !


Vous aimez les histoires de pirates plus ou moins romancées mais surtout basées sur des faits réels ? J’ai ce qu’il vous faut !

pirates_livres
La Capture de Barbe-Noire – J.L.G. Ferris (1718)

pirates_julie_proust

 

Pirates !
La légende du Drapeau Noir
Julie Proust Tanguy
(2013)


On rentre directement dans le bain avec cet essai de Julie Proust Tanguy retraçant la figure du pirate dans l’imaginaire collectif depuis l’Antiquité. J’avais déjà lu de l’autrice Sorcières ! (retraçant… la figure de la sorcière dans l’imaginaire collectif depuis l’Antiquité)(dingue) que j’ai d’ailleurs préféré à cet essai, mais si vous vous intéressez à la piraterie : sautez dessus. J’en ai retiré pas mal de connaissances particulièrement utiles pour étaler ma culture en jouant à Uncharted 4 (très bon jeu type avec un héros Indiana Jonesque et des pirates que je vous recommande au passage).

Le pont est rougi de vin ou de sang. Qu’importe ! Le temps fuit rapide à bord de l’Épervier : tout est folie, entraînement, délire. Allez, allez, jouissez de la vie, elle est courte. Les jours mauvais sont fréquents : qui sait si aujourd’hui aura pour vous un lendemain. Amusez-vous donc, parbleu ! Saisissez le plaisir en tout et partout.

Cet essai est très riche, peut-être même trop riche. Les derniers chapitres s’éparpillent dans un peu trop de sujets et m’ont parfois perdue en abordant le sujet des pirates modernes notamment à travers hackers et terroristes des mers actuels. Ce n’est pas que c’est illogique ou inintéressant, mais j’ai eu une sensation de trop peu ou pas assez. Mon manque de connaissance sur le sujet rendait les explications un peu denses et confuses tout en n’explorant pas tout ce qui peut être dit et qui m’aurait parfaitement éclairée.
En dehors de ce (petit) point négatif, j’ai appris énormément de choses notamment historiques et surtout récupéré une liste d’oeuvre à voir et à lire qui me permettra de tenir sur le sujet jusqu’à la fin des temps. J’ai d’ailleurs découvert la moitié des livres présentés dans cet article via celui-ci !
L’autre point fort de l’article réside dans l’analyse de la symbolique du pirate, éminemment libertaire voire anarchique, ce qui explique en partie pourquoi ce truand des flots a autant fasciné aux cours des siècles…


les_chemins_de_fortune_dafoe_couv

Les Chemins de Fortune
Histoire générale des plus fameux pyrates 1
Daniel Defoe
(1726)


… ce qui m’amène à ce second texte, plus romanesque dans son style d’écriture même si important document historique. Pendant longtemps il a été attribué au Capitaine Johnson, qui a été prouvé plus tardivement être un nom de plume de Daniel Defoe. Très nettement, sous couvert de dénoncer ce qu’il relate, l’auteur est complètement fasciné par les aventures contées. En deux tomes (je me réserve le second pour un prochain été), Defoe relate la vie et le trépas de fameux pirates, de Barbe Noire à Anne Bonny en passant par Rackham-le-Rouge et John Avery.

La pénitence du forban fut de courte durée. En effet, alors qu’il croisait le long de la côte malabaraise, il pilla tous les navires qu’il rencontra. Dans ces parages, il tomba sur un bateau portugais qu’il garda pendant une semaine. Puis, l’ayant vidé de ses coffres de marchandises indiennes, de trente jarres de beurre, de cidre, de fer et de cent sacs de riz, il le laissa repartir.

Officiellement, c’est un texte historique, officieusement c’est si romanesque que l’on doute parfois de la véracité absolue des périples contés. Le style est quelque fois un peu ardu (il faut dire que le texte se rapproche doucement des trois siècles) et j’ai quelques fois lu en diagonale ou en passant des paragraphes. Mais certains chapitres rattrapent tout, passionnants voire épiques puisque certains pirates ont eu une vie défiant tout scénario imaginable.
Si ça part un peu dans tous les sens par moments, l’indignation forcée du narrateur est assez drôle et comme lui, on a parfois l’envie d’embarquer aux côtés de ces truands. Peut-être le texte le plus complet sur l’histoire des pirates, à ne pas louper si vous êtes intéressés, même si malheureusement certaines biographies sont un peu courtes comme celles d’Ann Bonny et de Mary Read…


louves_de_mer_valdès_couv

Louves de mer
Zoé Valdés
(2005)


…mais si l’unique chapitre sur leur vie vous a frustré, il est possible d’y remédier à présent. Louves de mer suit les histoires croisées des pirates Ann Bonny et Mary Read, figures parmi les plus fascinantes de la piraterie. La poétesse cubaine Zoé Valdés nous offre le texte le plus romanesque de cette première partie et malheureusement le seul comprenant de véritables personnages féminins.

Comme elle s’était accoutumée à vivre en verrouillant ses sentiments, elle n’avait jamais prétendu qu’on mourût d’amour pour elle, et elle désirait encore moins mourir d’amour pour personne. Il y avait quelque chose d’excitant dans ce refus et, en répandant à son insu la crainte d’un caractère trempé, capable de vengeance, elle avait forgé un mythe.

Le point positif de ce roman, c’est évidemment ses personnages. Ann Bonny et Mary Read font parti des pirates à la vie la plus incroyable qui aient pu exister (vous vous en doutez, être une femme dans ce genre de milieu n’était pas vraiment une norme), et elles ont en plus croisé durant leur vie nombre de leur illustres camarades. J’ai adoré suivre leur parcour, d’autant que quand j’ai lu ce roman je ne savais rien d’elles mis-à-part leur nom. Le style est plutôt agréable même s’il souffre de quelques lourdeurs, mais la lecture reste dans l’ensemble fluide et prenante.
En dehors de ça, il faut avouer que Zoé Valdés… parle beaucoup de sexe. Il y a nombre de scènes sexuelles dans le roman, avec un vocabulaire parfois carrément racoleur et plus kitsch qu’érotique. Ça ne m’a pas particulièrement gêné mais c’est un peu inattendu et franchement pas nécessaire.
Même si ces défauts font que Louves de mer ne se hisse pas à la hauteur des plus grands textes de pirates, reste que la vie de ces femmes suffit à rendre la lecture intéressante. Et si vous cherchez en plus une lecture d’été mêlant personnages historiques, aventure et scènes sexuelles vous devriez certainement accrocher !


Mais fi de tout ce réalisme, pour vous la piraterie c’est avant tout l’aventure, les frissons, les combats et les forfanteries… Embarquez donc dans ces eaux troubles, voyageurs intrépides !

long_john_silver.png
Le labyrinthe d’émeraude – Mathieu Lauffray (2010)

ile_au_tresor_stevenson_couv

 

L’Île au trésor
R.L. Stevenson
(1882)


Je commence avec le classique absolu des romans de pirates. Mes parents me l’avaient offert pour les vacances lorsque j’étais en primaire ; je garde un souvenir très net du sentiment grisant de lire de l’aventure dans sa forme la plus pure et la plus passionnante pour l’enfant que j’étais. Il s’est donc passé à peu près quinze ans depuis ma dernière lecture du livre et je me demandais un peu à quoi m’attendre.

– Voilà donc de quoi il retourne, déclara Silver. Nous voulons ce trésor, et nous l’aurons : ça, c’est notre affaire ! Vous, je suppose que vous aimeriez autant sauver votre peau : c’est votre affaire à vous ! Vous avez une carte, n’est-ce pas ?

Eh bien j’ai fait un voyage temporel immédiat à retrouver la même excitation palpable de connaître la suite de l’histoire qu’à mes huit ans. C’est peut-être le texte m’ayant le plus passionnée parmi tous ceux de la sélection, d’une manière enfantine et avide d’aventures. Le personnage principal est juste assez passe-partout pour se projeter dedans, pas assez pour ennuyer, l’aventure est rythmée, surprenante et fascinante. L’écriture est vivante et imagée, et même sans saisir tout le vocabulaire accessible à partir d’un âge assez jeune. C’est un véritable roman familial, le genre que l’on relit sans rien perdre au change au fil des années.
Mais tout ça est presque un détail face à la réussite la plus flagrante du roman : Long John Silver. Le personnage mythique est tour à tour attachant et terrifiant, on l’aime et on le déteste à mesure qu’il fait preuve de sa vulnérabilité et de sa menace.
J’adresserai toutefois un bémol et avertissement : un personnage présenté comme honnête fait une remarque reprenant le stéréotype raciste et sexiste de la femme noire difficile à vivre. Je sais qu’il faut remettre en contexte et que pour l’époque ce n’est rien du tout mais ça n’est pas anodin de lire ce genre de choses, surtout quand l’oeuvre s’adresse à un jeune public. En dehors de cette ligne de dialogue, c’est un sans faute !


sur_des_mers_plus_ignorées_couv

Sur des mers plus ignorées
Tim Powers
(1987)


L’île au trésor est un peu trop réaliste pour vous ? On passe un cran supérieur en amarrant à présent dans le fantastique. Cette fois-ci on suit l’histoire de John Chandagnac, marin embarqué par la force des choses sur un bateau pirate. Pour sauver la jeune fille avec qui il s’était lié d’amitié, il devra affronter magie, zombies et pirates tous plus féroces les uns des autres.

-Qu’est ce que c’est que cette fontaine que nous allons chercher dans la jungle?
-Je croyais que tu le savais Jack! C’est un trou dans le mur entre la vie et la mort, et tous ceux qui se trouvent autour risquent d’être touchés par les gouttelettes d’un côté ou de l’autre. Tu n’as jamais appris l’histoire? C’est ce que cherchait Juan Ponce de Léon… Il l’appelait la fontaine de Jouvence.

Dès le premier chapitre, j’ai commencé à remarquer de subtiles (ou non) ressemblances avec la franchise Pirates des Caraïbes. Et pour cause, après vérification le quatrième film est officiellement inspiré du roman (les autres l’étant peut-être officieusement). Les ingrédients sont similaires, l’aventure divertissante et pleine de rebondissement.
Il y a beaucoup, beaucoup de péripéties et ça ne s’arrête pas une seule seconde. La plupart du temps c’est un mélange très sympa mais quelques chapitres sont un peu indigestes. Tant pis, je me suis laissée porter par cette aventure et si j’ai zappé des détails sur les descriptions du fonctionnement de la magie ce n’est pas bien grave ! Le périple vaut le détour et le mélange entre pirates réels et sorcellerie détonne.
Une vraie lecture estivale où l’odeur des embruns n’est jamais bien loin.


le_déchronologue_couvLe Déchronologue
Stéphane Beauverger
(2009)


On termine avec le texte le plus lointain et étrange au cœur d’une aventure réellement périlleuse mettant tous les repères en désordre. Cette fois-ci, la piraterie se rapproche d’éléments de science-fiction à travers l’histoire d’un navire du XVIIè dont les canons tirent… du temps.

Je suis le capitaine Henri Villon et je mourrai bientôt.
Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N’est-ce pas l’ultime privilège d’un condamné d’annoncer son trépas comme il l’entend ?
C’est mon droit. Et si vous ne me l’accordez pas, alors disons que je le prends.

Ce dernier roman est sûrement le plus original, sur le fond comme sur la forme. La narration est en effet éclatée, comme si le journal du narrateur avait été découpé en morceaux et rassemblé dans le désordre. Certains moments paraissent donc complètement insensés pour n’être compris que plusieurs chapitres plus loin (et plus tôt). Cela reste lisible et je n’ai pas eu la sensation de passer à côté de l’histoire, puisque jamais la forme ne supplante le fond, l’aventure en elle-même étant passionnante avec ou sans effet de style.
D’ailleurs, si ce type de narration vous embête, les chapitres sont numérotés chronologiquement recensés en index. Vous pouvez donc facilement choisir une narration linéaire en vous y référant, c’est vous qui voyez !
Pour ce qui est de l’aventure, elle est bourrée de surprises parfois assez drôles et d’autres… très violentes et bien poisseuses. L’ambiance est top, l’écriture soignée et les personnages dans l’ensemble pas inintéressants. C’est le style de texte à découvrir en en sachant le moins possible donc si vous aimez les lectures atypiques : foncez !


Alors marins d’eau douce, l’aventure vous a plu ?
Si vous connaissez quelques trésors enfouis dans les romans sur la piraterie, venez nous partagez ça !

Publicités

22 réflexions sur “Souquez les artimuses ! – Pirateries littéraires

  1. En plus, ça veut rien dire « Souquez les artimuses  » 😂
    Pirates ( et Sorcières!) de Julie ProustTanguy sont dans ma wish-list depuis déjà qqs temps… grâce à toi! Les chemins de la fortune m’ont plusieurs fois fait de l’œil… depuis l’étagère « Piraterie » de ma super petite librairie dijonnaise. Et comme j’adore cet univers, je note les autres titres.
    Mes enfants sont fans de la série de livres Pavillon noir, où l’on suit les aventures clandestines de Benjamin et P’tite Louise, partis à la recherche de leur célèbre pirate de papa (Ils sont aussi fan du Capitaine Jack Sparrow, bien évidemment!).
    Et Waouh pour ton article: le lire est un vrai bonheur!

    Aimé par 1 personne

    • Ah j’me disais bien aussi :p
      La fameuse petite librairie ! La prochaine fois que je passe à Dijon il va falloir que j’aille découvrir ce rayon pirates de toute urgence je pense !
      Oooh, je ne connaissais pas cette série, mais c’est clair que les pirates c’est la base pour les enfants haha
      Ils ont lu l’Île au Trésor d’ailleurs ? (je ne me souviens plus de leur âge, oups)

      Mille merci, ça me fait très plaisir ♥

      J'aime

      • On pourra aller ensemble à la librairie: on en profitera pour discuter devant un bon thé! 😁
        Mes enfants ont 4 et 7 ans: l’île aux trésors est dans la liseuse, mais pour le moment le grand lit Le hobbit, avec son papa, Nouvelle-Zelande oblige! 😉

        Aimé par 1 personne

  2. Tu fais des listes thématiques de plus en plus longues pour mon plus grand plaisir ! Les pirates c’est toute mon adolescence et surtout plein de souvenirs d’amitié, on partageait cette passion commune avec une ancienne amie et de revoir tout ça… bah je vais vider un peu plus mon compte en banque pour acheter tous les livres que tu proposes x)

    Aimé par 1 personne

  3. C’est marrant j’ai commencée le déchronologue mais je suis dans d’autres lectures qui m’intéressent davantage du coup je n’ai pas repris. Et je me rends compte que la piraterie est loin d’être ma spécialité, j’ai pas lu grand chose dessus… Peut-être parce que je cet univers trop masculin(Dans mon imaginaire) , d’ailleurs celui qui me tente le plus est celui de Zoé Valdes.

    Aimé par 1 personne

    • Ah ça, c’est vrai que c’est malheureusement une littérature qui offre peu sa place aux femmes (et quand elle en a une, c’est souvent celle de la potiche). Dans la littérature jeunesse un peu plus, je me souviens d’histoires que j’avais beaucoup aimé avec des héroïnes mais impossible de me rappeler de leur titres :/

      J'aime

  4. La lecture de cet article est juste géniale, c’est tellement agréable ! Je dois avouer que les passages parlé pirate, je les ai lu avec une voix un peu cliché, un peu à la Jack Sparrow on va dire haha !
    C’est dommage, Louves de mer me tentait bien, maiiiis ce que tu as précisé me rebute beaucoup donc je pense passer outre…
    En tout cas je note le Déchronologue, il m’intrigue ! Merci pour les recommandations !

    Aimé par 1 personne

  5. Je dois êtres une des rares à ne JAMAIS avoir lu un seul livre sur la piraterie, mais bon, ça veut aussi dire que ton article me servira plutôt bien un jour ou l’autre 😛

    Ceux qui me tentent, genre là, tout de suite : L’Île au trésor, Louves de mer et Le déchronologue 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Je suis originaire de Dunkerque, patrie du corsaire Jean Bart, alors j’ai baigné dans cet imaginaire mais assez étonnamment, pas à travers mes lectures. Ton article tombe à point nommé parce qu’un musée de Dunkerque propose justement une exposition sur les pirates et la description de cette expo ressemble à celle du premier essai que tu présentes (notamment par rapport au lien qui est fait avec les hackers). Je compte visiter cette expo donc je note le titre de l’essai, il pourrait bien m’intéresser 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s