3 romans où les héros sont des animaux II

animauxcompagnie2
Le chien de ma grand-mère : petite boule d’amour

C’est le printemps ! Les oiseaux chantent, la nature fleurit, les toutous montrent le bout de leur queue dans les jardins publics et les chats vont se prélasser au soleil : l’occasion parfaite pour vous présenter trois romans où les héros sont des animaux.
Si l’an dernier, pour le premier opus de cette sélection, j’étais restée dans nos forêts occidentales, aujourd’hui restons chez nous pour découvrir de plus près la vie de nos animaux domestiques !
Chien, chat ou hamster : faites votre choix ! (Perso j’aime les chiens et les chats, je fais office de Suisse dans ce combat sans fin.)


dachenka.pngDachenka ou la vie d’un bébé chien
Karel Čapek
(1933)


J’ai découvert ce tout petit livre au moment des fêtes, grâce à une librairie dijonnaise topissime. Je cherchais un cadeau pour ma grand-mère, passionnée d’animaux, et je découvrais avec tristesse que si les romans sur les chats sont légions, ceux sur les toutous sont bien plus rares. Le libraire a sauvé ma vie (rien que ça) et ma grand-mère était ravie : il est temps de partager cette jolie découverte !

Karel Čapek a adopté un petit chiot, Dachenka. Il décrit ici à l’adresse des enfants la vie de ce fox-terrier, de ses bêtises à la difficulté de le prendre en photo.

Quand cela naquit, ce n’était qu’un petit rien blanc, cela tenait dans le creux de la main ; mais, vu que cela avait une paire de mignonnes oreilles et, derrière, un bout de queue, nous fûmes d’accord que c’était un petit chien, et parce que nous souhaitions avoir une petite fille chien, nous lui donnâmes le nom de Dachenka.

Franchement, c’est adorable. Le texte est plein d’humour, accessible pour les enfants et leurs parents, et les illustrations de l’auteur m’ont fait fondre à plusieurs reprises. C’est très court et il ne faut pas s’attendre à plus que quelques bribes de vie, ça serait un peu l’équivalent des vidéos d’animaux mignons à l’époque où Twitter n’existait pas, en fait.
Si vous n’aimez pas les toutous (mais enfin ?!) passez votre chemin, il n’y aura pas beaucoup plus de substance à y trouver. Pour les autres, vous y découvrirez un texte qui réchauffe doucement le cœur, tout doux, tout positif.


20anschat.png20 ans avec mon chat
Mayumi Inaba
(1994)


Les livres parlant de chats ne manquent pas, contrairement à ceux sur les adorables toutous. Les rayons de littérature asiatique en regorgent mais pas que : je ne l’ai pas encore lu mais ma grand-mère m’a vivement conseillé Vie et opinions philosophiques d’un chat d’Hippolyte Taine, apparemment très drôle (et également conseillé par le super libraire dijonnais). Pour un autre roman où le point de vue est celui du chat, je vous invite aussi à vous diriger vers Je suis un Chat de Natsume Soseki, chroniqué ici il y a quelques mois !

20 ans avec mon chat se place pour sa part du point de vue de l’écrivaine, qui a adopté un petit chaton abandonné et s’en est occupé jusqu’à sa mort. Cette biographie est entrecoupée de petites poésies et relate toute sa vie de chat, en maison, en appartement, puis malade.

Je n’avais pas pu vivre aux côtés de quelqu’un, mais grâce à la présence de Mî, j’étais devenue sensible à l’odeur du vent, aux signes de la nature, à la température de la lumière.

C’est un roman assez touchant et rempli de l’amour que la maîtresse porte à son chat. La plume est simple (voire un peu trop simple à mon goût), va droit au but sans hésiter à décrire des détails très triviaux. Il donne à mon avis une idée très juste de ce qu’implique avoir un animal, de manière globalement assez objective ! Évidemment, ça se passe au Japon et une partie des thèmes sont propres à la société japonaise, comme le parcours du combattant que peut devenir la recherche d’un logement avec un animal (il ne me semble pas que ce soit aussi exacerbé en France).
L’autrice a également eu un parcours assez atypique et raconte les événements de sa vie de manière quelques fois assez brute, la rendant peut-être un peu lointaine. Je n’ai donc pas réussi à vraiment m’attacher à elle ni à son écriture, ce roman n’est donc pas un coup de cœur mais une petite lecture sans prétention et assez touchante. De ce que j’ai pu lire, il semble être très apprécié de ceux ayant eu à s’occuper d’un chat jusqu’au vieil âge de l’animal, à bon entendeur !


hamster.pngLe Journal d’Edward, hamster nihiliste
Miriam & Ezra Elia
(2013)


Voici un tout petit livre (la taille de la paume d’une main) découvert totalement au hasard. Dès que mon regard a croisé le titre et la couverture c’était cuit : j’étais déjà fan de ce hamster nihiliste. Tout le livre est illustré et traversé par une ambiance un peu gothique, très « Tim Burton » dans ses beaux jours. Le résumé est contenu dans le titre : on suit le journal intime d’Edward le hamster et ses réflexions sur la futilité de son existence dans cette petite cage.

Vendredi 16 mai :
Ai fait de la roue.
Ai mangé des graines.
Ai bu de l’eau.

Samedi 17 mai :
Aujourd’hui j’ai d’abord bu mon eau, puis j’ai mangé mes graines.

En dehors de l’existence passablement drôle et absurde de tout le livre, le texte est également très drôle mais il faut aimer l’humour noir et cynique : c’est très, très grinçant par moments. Attention donc, ce n’est pas pour les enfants ; le texte a été écrit pour la radio et donc pour un public adulte !
Ce qui est également très surprenant, c’est que ce n’est pas si bête que ça. Il y a une parabole sur l’existence humaine plutôt évidente et certains passages sur le désespoir d’Edward ne prêtent vraiment pas à rire. L’histoire est, dans l’ensemble, très sombre !
C’est donc drôle, plutôt touchant, et il y a une base de réflexion assez intéressante (qui a bien plu à mon petit cousin de quinze ans, je pense que le public adolescent est vraiment le plus propice à apprécier cette lecture d’ailleurs). Une petite pépite très courte et surprenante !


Avez-vous déjà lu ces romans ? En connaissez-vous d’autres sur les animaux domestiques ?
Et puis surtout : team chien, chat, hamster ?

Publicités

12 réflexions sur “3 romans où les héros sont des animaux II

  1. « Librairie dijonnaise topissime » et « super libraire dijonnais » : ils en ont bien de la chance ces dijonnais :D!

    Même si le sujet de ta sélection – les animaux domestiques héros de livre – ne m’attire pas plus que ça, j’avoue être intriguée par Le journal d’Edward. Et j’ajoute bien vite avant que tu ne me dénonces à BB ou à 30 millions d’amis qu’avec mes petits loulous, on est fan du manga Chi, une vie de chat de KONAMI Kanata 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ahah, n’est-ce pas ? :

      Le journal d’Edward est vraiment le plus intriguant des trois, surtout si les animaux domestiques ne sont pas ta came littéraire :p
      Ah ouiii, c’est vrai que je vous vois régulièrement en parler sur le topic des bouquins jeunesse ! C’est à partir de quel âge d’ailleurs ? (que je le rajoute à ma liste d’idée cadeaux pour les enfants de mon entourage)

      J'aime

      • C’est vraiment super mimi-choupi: à 5 ans, ça marche déjà très bien et c’est une façon sympa de découvrir le manga. Je pense que ça dépend de la sensibilité des enfants: au début, Chi perd sa maman et continue d’y penser encore beaucoup, ça peut donc être un peu triste. Mais c’est japonais, donc, on se marre quand même bien (l’origine du nom « Chi » reste l’un des meilleurs moments pour mes loulous, avec aussi la répétition en boucle de « oh, il a manzé mon miam-miam »).

        Aimé par 1 personne

  2. Aha, tu vas rire, mais j’offre Dachenka à ma soeur tout bientôt ! (enfin, j’attends surtout le sms de validation de l’arrivée de la commande à la librairie) On a toutes deux une grosse préférence pour les chats, mais tous les animaux nous font craquer. (et il y a de grosses chances que ce soit le genre de récits qui me fasse pleurer)

    Bon, même si tu dis que 20 ans avec mon chat n’est pas excellent, le sujet m’intéresse ! (j’ai un chat de 17 ans, alors forcément…) Et l’apparence du hamster sur la couverture du Journal d’Edward est à mourir de rire.

    Merci de nous avoir partagé tout ça 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Si c’est pas le destin ça :p
      Tu me diras ce que tu en auras pensé alors (sans aller jusqu’à pleurer, ça m’a un peu émue)

      A priori tu devrais plus accrocher à 20 ans avec mon chat que moi alors (en tout cas il devrait plus te parler) !
      Et le tronche d’Edward est super haha, ça a changé complètement ma vision des hamsters…

      Aimé par 1 personne

  3. Chouette sélection ! On assimile vite les héros animaux à des contenus pour jeune public.. Alors que pas forcément. Jack London (outre Croc Blanc et l’Appel de la forêt) a écrit plusieurs romans et nouvelles qui mettent en scène des animaux, Michael chien de cirque par exemple

    Aimé par 1 personne

  4. Le journal d’Edward est excellent. Il trône devant mes BD et j’ai beau l’avoir lu mille fois, Edward me fait toujours autant rire ! J’adore cet humour noir et son ton désabusé. Et je trouve que même sans être un hamster, les réflexions d’Edward font parfaitement écho à la vie des être humains.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s