Les Cancres de Rousseau – Insa Sané

cancres_de_rousseau.png

J’aime beaucoup les éditions Sarbacane pour leurs romans jeunesse intelligents, drôles et atypiques (la réécriture d’un roman russe du XIXème en vers libres, c’est eux !). C’est ma libraire qui me les a fait découvrir en vantant la collection Exprim’, bourrée de pépites qui plaisent beaucoup à ses clients jeunesse (son préféré de la collection est Dysfonctionnelle, mais on dirait que c’est le préféré de tout le monde, je ne sais pas pourquoi j’attends encore pour le lire).
Du coup, quand Sarbacane m’a proposé de me faire découvrir les Cancres de Rousseau dans la même collection j’étais carrément jouasse. Au final ? c’est une très bonne surprise qui confirme ce que je pensais déjà : j’aurai adoré que la maison d’édition ait existé lorsque j’étais moi-même au lycée.

Merci à Lupiot des éditions Sarbacane pour l’envoi du roman !

Mais de quoi ça parle ?

Djiraël passe en terminale dans un lycée à Sarcelles en 1994. Ouf, il est avec toute sa bande et le prof principal de sa classe est M. Fèvre, le seul enseignant à vraiment s’intéresser aux élèves parfois difficiles de cette ZEP. Il décide de faire passer à ses amis et lui-même une des meilleures années de leur vie, mais tout ne va pas se passer selon ses plans.

J’avais décidé de mettre les petits plats dans les grands. Quitte à déposer les armes après être devenus des vieux cons, on aurait au moins une histoire à cracher à la gueule du monde. Le temps d’un sein nu entre deux chemises, nous aurions été vivants, on aurait été heureux. C’était notre dernière année de lycée, ça devait être beau. La seule chose qu’on risquait de perdre dans cette aventure, c’était notre temps… et justement, on en avait à revendre.

Mon avis

Les Cancres de Rousseau est un roman drôle, traversé par des personnages attachants et plutôt réalistes… côté tête à claque compris. Je préviens de suite, Djiraël m’a donné plusieurs fois une envie furieuse de lever les yeux au ciel et de soupirer d’un air excédé (c’est bien, je redeviens ado en lisant des romans ados). Les personnages secondaires sont traités de façon plus ou moins superficielle mais ne paraissent pas non plus complètement archétypaux (même si ça se joue à un poil de fesses près parfois). Le roman fait parti d’une série donc j’imagine qu’ils sont plus développés sur l’ensemble !

Les thématiques abordées par l’histoire sont classiques des romans se passant au lycée. Ça parle profs (les nuls, les géniaux), premiers amours, amis, embrouilles… Mais le texte aborde aussi des sujets plus graves et moins fréquents en littérature. Djiraël est noir et habite dans une cité de banlieue parisienne, de celles dont on ne parle aux infos que pour montrer les voitures brûlées et jamais via le regard de ses habitants et de ses jeunes. Les Cancres de Rousseau parle racisme ordinaire (certaines scènes sont à la fois complètement glaçantes -pour le fond- et très drôles -par la manière dont Djiraël les décrit-), violences policières, violences tout court, abandon par la République que représente l’école… C’est rarement frontal, via une dénonciation explicite, mais plutôt en filigrane, de façon fine et très touchante. On ressent beaucoup de colère, mais une colère déjà à moitié éteinte par un combat que ces jeunes savent perdu d’avance et remplacent peu à peu par la lassitude.
Le lycée commence à remonter un peu pour moi, les histoires d’amours lycéennes et de profs relous me parlent moins qu’il y a quelques années ; c’est vraiment cette dimension plus engagée qui m’a fait rentrer un peu plus dans le roman et touchée.

Côté prose, elle est maîtrisée et sonne juste grâce à un mélange de références très variées et une écriture directe et drôle. J’ai eu un peu plus de mal avec les scènes de clash, plus théâtrales et qui m’ont parfois parues un peu fausses. C’est normal dans le contexte puisque ce sont justement des discours un peu forcés et mis en scène, mais ça m’a surprise et un poil sorti du roman au début. Les dialogues sonnent autrement très vrais et rendent le tout très cinématographique.

J’ai eu beaucoup de mal à le situer dans le temps. Cela lui donne une ambiance bien particulière mais je suis un peu perplexe sur le procédé. L’histoire se passe explicitement en 1994 mais comprend quelques anachronismes, comme une référence à Nabilla qui était à peine née. Je comprends l’idée ; la figure de style voulue par l’auteur aide à donner cette ambiance réussie de joyeux bordel à l’ensemble, les références à Olympe de Gouge côtoyant celles à Aaliyah.
Sauf que ça m’a plutôt sortie de l’histoire (j’ai vérifié une ou deux fois la quatrième de couverture) et tant qu’à faire, j’aurai préféré qu’il n’y ait pas du tout de date « officielle » et que le roman soit franchement intemporel.

insa_sané.png
Insa Sané (source)

Les Cancres de Rousseau est donc un texte pour adolescents très bien mené. J’ai accroché au message et à sa verve très maîtrisée ; le sous-texte plus engagé m’a permis d’être vraiment intéressée par une histoire, qui n’aurait peut-être pas tout à fait résonné en moi autrement. En terminant le livre, j’ai eu envie de découvrir les autres romans d’Insa Sané : c’est donc une jolie découverte pour moi, qui s’éloigne beaucoup de mes lectures habituelles !
J’aurai adoré le lire au lycée, et j’ai eu quelques réminiscences de mes lectures des romans de l’école des loisirs (écriture réaliste et dynamique, message engagé mais pas asséné au marteau… que demander de plus ?). Une vraie réussite !

Les Cancres de Rousseau – Insa Sané (2017)


Sur le même thème et que je conseille :

  • Oh, boy ! – Marie-Aude Murail (2000) : pour suivre l’histoire d’enfants et d’adolescents évoluant dans des situations plus ou moins compliquées, pour son message engagé, pour l’écriture vive et pleine d’humour… Un de mes romans préférés au collège !
  • Lettre à la République – Kery James (2012) : pour la colère face à une situation injuste qui touche les jeunes et futurs adultes noirs et arabes, principalement ceux vivant en banlieue. Pour une écriture très belle, très forte. Pour tout le reste, c’est très différent du roman d’Insa Sané : c’est du rap sans un poil d’humour, et une colère assourdissante. Un très beau morceau, accompagné par un clip tout aussi réussi.
  • On My Block – Eddie Gonzalez et Lauren Iungerich (2018) : bon, je triche un peu avec cette recommandation puisque je n’ai vu que le premier épisode de cette série Netflix donc j’espère ne pas vous dire de grosses bêtises, mais j’ai eu l’impression de voir une ambiance similaire à celle des Cancres de Rousseau ! On My Block raconte l’histoire d’une bande d’amis rentrant au lycée et habitant dans une banlieue violente de Los Angeles. Au premier abord, la série semble aborder avec humour les problèmes d’ados (la réputation, les attentes des parents, les histoires de cœur, les embrouilles entre amis…) mais également des pans plus sérieux de la vie dans ce quartier difficile. Si vous regardez la série en entier, n’hésitez pas à me dire ce que vous en aurez pensé !

conseils_insa_sane.png


Avez-vous déjà lu ce roman ?
Connaissez-vous d’autres romans ados (ou pas) abordant ces sujets ?

Publicités

2 réflexions sur “Les Cancres de Rousseau – Insa Sané

  1. Alors je suis tout à fait d’accord avec toi concernant les joutes verbales, les « battles » comme les clashs lors de leurs fêtes-barbecue que j’ai trouvés dans le traitement très superficiels. D’ailleurs, ça essaie de retranscrire quelque chose d’oral et théâtral, ça passerait très bien en vidéo, mais en roman moi j’ai eu du mal. Ça se veut un peu trop drôle, « ouais t’as vu comme on est fendard » et c’est peut-être le bémol que j’ai ressenti. Heureusement, qu’il y en a pas trop trop dans l’histoire. ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s