Autour du monde, elles écrivent

autour-du_monde.png

Autour du monde, elles écrivent
1. Présentation du défi
2. Bilan de l’été
3. Bilan de l’automne

Voilà l’été !
L’occasion rêvée pour rester enfermée dans le noir jusqu’à septembre en s’aspergeant d’eau thermale toutes les trois minutes, pour maudire les moustiques et pour enchaîner bouquin sur bouquin.
Si, comme moi, vous n’avez aucun voyage sur une île paradisiaque prévu durant les mois de grosse chaleur, voici le challenge parfait. Et si vous partez mais que vous ne savez pas trop quoi glisser dans votre valise, voici de quoi vous donner un peu d’inspiration.

Ce défi littéraire a été organisé par Éléonore B. et Une vie, des livres, un grand merci à elles pour cette chouette idée qui permet de partir à la découverte d’autrices du monde entier !
Le principe est simple : à chaque saison, partons à la découverte d’écrivaines d’une ou plusieurs régions du monde. En plus de ça, le challenge propose de lire des classiques, autobiographies ou récits de voyage également écrits par des femmes.
Un beau programme dont le contenu est très libre et malléable : il n’y aucune date limite pour le commencer ni le finir et c’est vraiment ce qui m’a motivée à m’y lancer (les défis trop rigides j’ai déjà donné, et c’est souvent plus de stress que de plaisir).
Je ne sais pas quand je compléterais le challenge, mais j’ai bien envie de tenter le coup et de vous faire un petit bilan sur le blog de mon avancée de temps à autre ! (J’en parlerais probablement un peu plus sur Instagram, où j’écris – quand j’y pense – des avis un peu plus succins de mes lectures qu’ici.)

Il y a plusieurs niveaux à ce défi que je vous invite à découvrir sur la page de présentation. Je vais être optimiste et choisir le plus élevé : Femmes d’ici et d’ailleurs. Les conditions : 5 livres pour chaque saison, deux classiques écrits par des autrices et deux récits de voyages ou autobiographies.
J’ai essayé d’être la plus variée dans chaque saison et de couvrir à la fois des romans classiques, contemporains, des autobiographies, des essais et de la poésie. Quasiment tout est sorti de ma liste d’envie histoire que ce défi me donne le coup de pouce pour découvrir des œuvres que je veux lire depuis longtemps !

Un été en Afrique et au Moyen-Orient :

ailleurs_femmes1.png

L’hibiscus pourpre – Chimamanda Ngozi Adichie (2004) : j’aime beaucoup les deux romans que j’ai déjà lus de l’autrice (Americanah et L’Autre Moitié du Soleil) donc je n’ai pas hésité longtemps à l’inclure dans ma sélection. C’est le premier roman de l’écrivaine nigérienne et j’ai hâte de retrouver sa plume.

La bâtarde d’Istanbul – Elif Shafak (2006) : voici une romancière turque que je souhaite lire depuis longtemps, car elle est précédée d’une jolie réputation ! Il me semble que le roman aborde la question du génocide arménien. Étant issue par trois générations de la diaspora arménienne je suis assez intriguée de lire sur ce sujet que je connais, finalement, vraiment très peu.

Une si longue lettre – Mariama Bâ (1979) : un classique sénégalais maintenant, dont on m’a souvent vanté les mérites. Apparemment il faudra que je m’accroche car ce n’est pas la joie.

Lire Lolita à Téhéran – Azar Nafisi (2003) : un détour en Iran avec une autobiographie dont le titre est plutôt intriguant. J’imagine qu’il parle de la situation de la femme en Iran et de littérature, en tout cas j’ai hâte de le découvrir.

Superman est Arabe – Joumanna Haddad (2013) : je termine avec cet essai libanais que j’ai découvert sur le blog de Mabu et que je m’empresse de sortir de ma liste d’envies à l’occasion du défi.

Un automne en Europe continentale et en Amérique du Sud :

ailleurs_femmes2.png

La Maison aux esprits – Isabel Allende (1982) : le seul roman sud-américain de la sélection car c’est une littérature que je ne connais très très peu et qu’il y a déjà fort à faire en Europe continentale. Je sais que l’autrice chilienne fait parti des grands noms de son pays et c’est l’un des romans préférés d’une de mes amies. Même si le réalisme magique et moi ça fait deux, je pars plutôt en confiance !

La bâtarde – Violette Leduc (1964) : j’ai lu un roman de l’écrivaine il y a quelques années et depuis, j’avais très envie de la découvrir un peu plus. Le roman est apparemment semi-autobiographique, et c’est un genre qui me plaît en général beaucoup, surtout que la vie de Violette semble avoir été fascinante.

La porte – Magda Szabó (1987) : on continue d’avancer vers l’est en faisant un arrêt par la Hongrie ! Il me semble avoir entendu parler pour la première fois de ce roman grâce aux conseils de la créatrice d’Exploratology, il y a déjà quelques années. Depuis, j’ai l’impression de me le faire conseiller à intervalles réguliers sans jamais l’avoir sorti de ma liste d’envies ; ce ne sera donc pas trop tôt.

La guerre n’a pas un visage de femme – Svetlana Alexievitch (1985) : on passe maintenant par la Biélorussie avec un recueil de témoignages d’une journaliste dont j’adore le boulot. C’est La Tournée de Livres qui me l’a fait découvrir l’an dernier et j’avais eu un coup de cœur assez monumental pour deux de ses essais, lus coup sur coup. Le sujet de celui-ci semble passionnant (et pas très gai, mais c’est un peu la norme avec l’autrice) puisqu’il parle des corps féminins de l’armée russe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le ciel brûle – Marina Tsvetaïeva (1910 – 1923) : je termine complètement à l’est et avec de la poésie, histoire de changer un peu. J’ai ce recueil dans ma liste d’envie depuis au moins un siècle, sans me rappeler d’où j’en ai entendu parler pour la première fois. À l’occasion du dernier Inktober, la dessinatrice Diglee a illustré un poème de femme par jour, dont une illustration magnifique de Maria Tsvetaïeva qui m’a fait remonter l’autrice en force dans mes priorités littéraires.

Un hiver anglo-saxon :

ailleurs3.png

Le dernier homme – Margaret Atwood (2003) : un peu de SF canadienne par l’autrice de la Servante Écarlate, qu’il n’est plus nécessaire de présenter à présent. Je voulais à la base découvrir plutôt l’Odyssée de Pénélope, réécriture du mythe d’Ulysse du point de vue de Pénélope, mais le roman semble épuisé depuis un bout de temps ! Comme je veux découvrir les autres romans d’Atwood depuis que j’ai lu son best-seller, pourquoi pas celui-ci après tout.

La Recluse de Wildfell Hall – Anne Brontë (1848) : que serait l’hiver sans la lecture bien au chaud d’un bon classique anglais ? On me dit régulièrement du bien de ce roman donc ce sera l’occasion. C’est la dernière des sœurs Brontë qu’il me reste à découvrir, ayant aimé les écrits des deux autres je suis intriguée de lire celui-ci.

Pique-Nique à Hanging Rock – Joan Lindsay (1967) : voici un court roman australien qui semble un peu gothique, pile le genre de lecture que j’aime pour le froid. Je n’en sais pas beaucoup plus, si ce n’est qu’Ambroisie en a récemment parlé sur son blog. Je lui fais entièrement confiance pour cette découverte !

Tant que je serais noire – Maya Angelou (1981) : Maya Angelou est une écrivaine et poétesse américaine incroyable et très engagée dans la lutte contre le racisme et le sexisme. J’avais été bouleversée par le premier tome de son autobiographie, Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, mais je n’avais toujours pas pris la peine de découvrir plus sa biographie.

Ariel – Sylvia Plath (1965) : à nouveau, de la poésie ! L’an dernier j’ai lu et adoré La Cloche de Détresse, j’aimerais donc beaucoup découvrir sa plume sur un autre medium que le roman. Je pars bientôt à Londres pour mes vacances, ce sera l’occasion de récupérer ce joli recueil en version anglaise.

Un printemps asiatique :

ailleurs_femmes4.png

Les dames de Kimoto – Sawako Ariyoshi (1983) : il y a quelques mois, j’ai lu Les Années du Crépuscule de l’autrice japonaise et ça a été un gros coup de cœur… mais pas possible de me l’acheter ou de vous en parler puisque le texte n’est plus édité depuis des années. Pour me consoler, autant découvrir ses romans disponibles en France !

La Maîtresse des épices – Chitra Banerjee Divakaruni (1999) : encore une écrivaine que je connais puisque j’ai adoré Le Palais des illusions, superbe réécriture du Mahabharata dont j’ai parlé à l’automne dernier. Il y a une histoire de sorcellerie et de nourriture dans celui-ci, tout pour me plaire.

Le Dieu des Petits Riens – Arundhati Roy (1997) : on reste en Inde avec un roman que je vois souvent apparaître dans les listes « 1001 romans à lire », « challenge de Rory Gilmore », « livres les plus conseillés »… autant l’intégrer également dans ce challenge ! (Et je n’ai absolument aucune idée de son sujet.)

Parlez moi d’amour – Xinran (2018) : détour par la Chine avec le dernier roman d’une autrice que j’adore, ancienne journaliste à la radio sur une émission de témoignages de femmes (j’en parlais vite fait dans la première chronique du blog). Après s’être expatriée, elle a profité du regain de liberté obtenu à l’étranger pour publier les témoignages ayant été censurés par le régime. Forcément, c’est parfois très dur, mais c’est toujours édifiant.

Je voulais juste vivre – Yeonmi Park (2016) : encore un témoignage ! Celui-ci vient tout droit de Corée du Nord, dont Yeonmi s’est échappée il y a quelques années. Vu le manque assez flagrant de témoignages venant du pays le plus fermé du monde, il est important de diffuser la parole de ses habitants quand ils parviennent à la prendre.

Classiques d’autrices :

ailleurs_femmes5.png

La légende de Gosta Berling – Selma Lagerlöf (1891) : il n’y avait pas vraiment de catégorie pour découvrir des écrivaines scandinaves dans le challenge donc j’ai sauté sur l’occasion pour inclure ce roman suédois dans les classiques. C’est un roman apparemment un peu fantastique et reprenant des légendes suédoises ; je me vois tout à fait le découvrir dans la période de Noël !

Les Vagues – Virginia Woolf  (1931) : j’ai lu et aimé Orlando il y a quelques années sans toutefois avoir un vrai coup de cœur. Par contre, j’avoue avoir beaucoup d’attentes dans ce roman, le plus expérimental de l’autrice mais aussi l’un de ceux qu’on me conseille le plus souvent. Son côté expérimental m’intimidant un poil, autant profiter de ce challenge pour me motiver à l’ouvrir !

Récits de voyage / Autobiographie :

ailleurs_femmes-.png

La voie cruelle – Ella Maillart (1947) : l’an dernier, j’ai découvert Annemarie Schwarzenbach avec Orient Exils. Si son recueil de nouvelles ne m’a pas emporté tant que ça, sa personnalité et son histoire m’ont fascinée. Ce récit, écrit par une des aventurières les plus connues du XXe siècle, raconte leur voyage à deux en direction de l’Afghanistan durant la Seconde Guerre mondiale. Forcément, j’ai très envie de le découvrir !

La place – Annie Ernaux (1983) : je termine avec l’autobiographie d’une écrivaine que l’on m’a conseillée tant de fois et depuis tant d’années que c’était une évidence de l’inclure dans cette sélection.

Et voilà pour ma liste !
Je trouve le défi plutôt accessible : les catégories sont suffisamment larges et les niveaux assez adaptables pour s’adapter aux envies et au rythme de lecture de chacun. Je salue à nouveau les créatrices du challenge et je vais de ce pas récupérer les livres de l’été à la bibliothèque. Si je persévère dans le défi, rendez-vous dans un an pour le bilan de l’exercice 🙂


Alors, le défi vous tente ? Quelle sera votre PàL si vous vous lancez ?
Auriez-vous des livres à me conseiller pour chaque catégorie ?

Publicités

19 réflexions sur “Autour du monde, elles écrivent

  1. Chimamanda Ngozi Adichie qui deviendra un classique dans quelques années, j’en suis certaine 🙂

    Sinon, je dois avouer que ce sont les lectures d’Afrique et de Moyen-Orient qui me motivent le plus ! « La bâtarde d’Istanbul » est vraiment bien, en tout cas d’après mes souvenirs, alors j’espère qu’il te plaira !

    Ma soeur a lu « Une si longue lettre » de Mariama Bâ et ça a été un coup de coeur pour elle, j’espère que tu aimeras aussi. Ca prouve encore une fois qu’on rate un paquet de pépites dans ces zones géographiques-là.

    Sinon, je crois que tu me devances largement pour découvrir Svetlana Alexievitch ! J’aimerais bien participer à ce challenge d’utilité publique, mais mon objectif principal cette année, c’est de diminuer ma PAL… On verra l’année prochaine ! Je suis ravie de te suivre pour celui-ci en tout cas 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Carrément pour Chimamanda, c’est bien parti pour qu’elle devienne une autrice classique en tout cas, et c’est mérité !

      La bâtarde d’Istanbul est le prochain livre que je commence donc je pourrais te donner mon avis bientôt 🙂

      Et c’est clair que dans l’ensemble, en dehors des auteurs français et anglophones on rate déjà plein de pépites… alors quand en plus on rajoute la composante « écrit par une écrivaine » c’est encore pire !

      C’est déjà un très bon challenge dis donc :p

      Aimé par 1 personne

  2. Waw quelle super pile à lire =° J’ai hâte d’avoir ton avis sur Superman est arabe bien sûr (merci pour la mention ♥) mais j’espère aussi que tu apprécieras L’Hibiscus pourpre et La Maison aux esprits que j’ai tous les deux beaucoup aimés – surtout La Maison aux esprits, pour le coup le réalisme magique c’est vraiment ma came haha
    Rho je suis toute impatiente d’avoir des nouvelles de ce challenge maintenant !

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai lu 5 des livres que tu mentionnes: Une si longue lettre (j’en garde le souvenir d’un livre génial, mais pas forcément hyper dur, suis-je insensible ?), La maison aux esprits (tu aurais pu choisir Chocolat amer dans cette catégorie 😉 ), La Porte (tu avais vu mon commentaire sur Exploratology), La recluse de Wildfell Hall (que j’ai vraiment bien aimé) et La maîtresse des épices (j’aime bcp cette autrice, découverte de la même façon que toi).

    Je vais me raccrocher à ce challenge qui va me servir de fil rouge au long cours pour diminuer la taille de ma PAL (que je viens d’ailleurs de réorganiser un peu pour l’occasion).
    J’ai réussi à remplir toutes les catégories avec des livres que j’avais déjà : soit ce challenge correspond vraiment à mes goûts, soit il est fait de manière à être le plus inclusif possible, soit… ma PAL est vraiment gigantesque 😀 .

    On a qqs livres/autrices en commun :
    Un été en Afrique et au Moyen-Orient :
    • L’Hibiscus pourpre – Chimamanda Ngozi Adichie (Nigéria). En cours de lecture.
    • La maison dans laquelle – Mariam Petrosyan (Arménie)
    • Le mal de peau – Monique Ilboudo (Burkina Faso)
    • Douleur – Zeruya Shalev (Israël)
    • Femmes de sable et de myrrhe – Hanan El Cheik (Liban)

    Un automne en Europe continentale et en Amérique du sud :
    • Vivre – Milena Jesenska (Rep. Tchèque)
    • Eva Luna – Isabel Allende (Pérou)
    • La fin de l’homme rouge – Svetlana Alexievitch (Biéolorussie)
    • L’avancée de la nuit – Jakuta Alikawazovic (d’origine ex-yougoslave)

    Un hiver anglo-saxon :
    • Beloved – Toni Morrison (Etats-Unis)
    • Lady B – Maya Angelou (Etats-unis)
    • Les 12 tribus d’Hattie – Alayana Mathis (Etats-Unis)
    • Waïariki – Patricia Grace (Nouvelle-Zélande, VO)
    • The bone people – Keri Hulme (Nouvelle-Zélande, VO)

    Un printemps asiatique :
    • Ma soeur, mon amour – Chitra Banerjee Divakaruni (Inde)
    • Transgression – Uzma Aslam Khan (Pakistan)
    • Messages de mères inconnues – Xinran (Chine)
    • Le petit joueur d’échecs – Yoko Ogawa (Japon)
    • Sous les lunes de Jupiter – Anuradha Roy (Inde)

    Classiques d’autrices :
    • Direction le Royaume-Unis : j’ai plusieurs Du Maurier et Elizabeth Gaskell en stock !

    Récits de voyage / Autobiographie :
    • Oasis interdites – Ella Maillart (je suis en train de lire Courrier de Tartarie de Peter Flemming, qui raconte le même voyage, qu’ils ont fait ensemble)
    • La ferme africaine – Karen Blixen.

    Aimé par 2 personnes

    • J’ai failli mettre Chocolat Amer justement, ça s’est décidé à la facilité de trouver le roman en bibliothèque 😀
      (ah mais ouiii pour La Porte, comme quoi, l’idée d’un Excel avec l’origine de chaque conseil n’est pas absurde !)

      Je crois que toutes tes hypothèses sont correctes :p
      Je suis impressionnée par ta liste du coup, tu as vraiment pu tout remplir avec ce que tu avais déjà, quel panache !

      Du coup dans ta liste, j’ai lu : La Maison dans Laquelle (j’espère qu’il te plaira, en tout cas tu connais mon avis), La fin de l’homme rouge (ne le lis pas en cas de coup de mou celui là…) et Beloved. Mais j’en rajoute aussi plein de ta sélection sur ma liste d’envies !
      On pourra partager nos bilans à la fin de chaque saison sur le forum alors 🙂

      J'aime

  4. C’est tellement pénalisant de ne plus avoir le temps de se lancer des défis littéraires ( oui maintenant j’arrête de m’en lancer, tout ceux que j’ai voulu entreprendre avec la prépa = échec cuisant, même si je m’y attendais ça me frustre. xD ) ni même de lire tout simplement ce qui nous tentent… Mais bon en attendant je garde ta très belle liste de côté pour un avenir plus ou moins proche ( je t’interdis de fermer ton blog un jour ou l’autre, y’a trop de beaux titres et d’articles intéressants pour !) pour peut-être pouvoir lire tout ça.
    PS : JE VOULAIS JUSTE VIVRE ! C’est un titre qui me fait envie depuis sa sortie ! Je veux ton avis dessus ! ( à peine pressante la nana… )

    Aimé par 1 personne

    • Je compatis à 300%, en prépa (hors vacances) j’ai du lire 7 livres dont les 6 du programmes…
      Plein de bonnes ondes, tu dois être en vacances maintenant et j’espère que tu vas pouvoir te reposer après une année qui a du être fatigante…

      Eh ben tu auras l’avis au printemps prochain :p
      Merci pour ton commentaire en tout cas, tu me fais plaisir ♥

      Aimé par 1 personne

      • J’espère que ça ne va pas être de trop mauvaise augure parce que j’ai 7 livres au programme pour le français et la spé lettres modernes, alors j’aimerais caser des livres en plus mais je t’avoue que j’y crois peu haha…
        Oui je suis parvenue au bout du tunnel ! Une année fatigante mais je me dis que c’était rien face à l’année prochaine où je vais essayer de tout donner sans craquer. ^^’ Comme dit ma prof de français, « on aura l’éternité de se reposer » haha.

        De rien et merci à toi pour toute ta curiosité !

        Aimé par 1 personne

        • Courage pour l’an prochain ♥
          Je crois que la première année a été plus difficile pour moi que la seconde (on voit le bout du tunnel et le choc est moins violent qu’entre le lycée et la prépa), j’espère que ça sera également le cas pour toi 🙂

          Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Pauline, je découvre seulement ce soir votre/ton article… Une sélection magnifique avec des titres que je souhaite lire également et d’autres que je regarderai plus en détails quand il fera jour ! Mais, je pense en noter quelques uns.
    Merci pour cet enthousiasme et ravie qu’il vous/te plaise !
    Merci encore.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Eleonore !
      Un grand merci à toi (si le tutoiement te/vous convient, cela me va aussi :)) pour ce superbe défi ! J’en ai parlé à des amies « IRL » qui ont décidé de le suivre aussi, c’est vraiment une très belle idée !

      J'aime

      • Merci à toi, Pauline, d’en parler autour de toi.
        Je n’attendais rien avec ce défi qui, au départ, était très personnel. (Je souhaitais vivre une année entière qu’à lire des femmes, écouter des femmes – musique, radio… – et visionner des films de réalisatrices. Et j’ai voulu en faire un défi sans chercher les participants à tout prix.) Finalement, je me retrouve à échanger sur la blogsphère, Instagram, et à découvrir des écrivaines au style sublime… Ce défi s’avère être un trésor.
        Merci encore.
        Au plaisir de lire tes avis.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s