Les mangas de ma vie

mangas_de_ma_vi.png

Bonjour à tou·te·s !
Depuis quelques mois, je lis beaucoup de mangas et je m’intéresse d’un peu plus près aux nouveautés françaises, ce qui ne m’était pas arrivée depuis plus de six ans. Ça fait plaisir, et ça m’a donné également envie d’en parler un peu plus sur blog, en replongeant dans mes vieux coups de cœur et en partageant plus souvent mes découvertes les plus récentes. Vous commencez – je pense – à cerner un peu mes goûts en matière de romans sur le blog, j’espère que cet article vous éclairera sur mes affinités en matière de mangas !

Si vous en lisez également, peut-être avez vous la même expérience que la mienne (même si je ne l’espère pas) : les gens regardent parfois ces lectures de haut, comme quelque chose de mal ou d’enfantin. Encore aujourd’hui, j’ai quelquefois des réactions surprises sur mon amour du genre, comme s’il était incompatible à la lecture de romans ou d’essais. C’est d’ailleurs bien le seul format de lecture qui peut déclencher des réactions aussi outrées (vous imaginez quelqu’un dire « oh mais tu lis des romans ? T’as pas passé l’âge ?/C’est pas un peu violent ? »), même si j’ai tout de même l’impression que c’est à présent bien plus accepté et anodin.
Bref, aujourd’hui je fais un petit retour dans le temps pour vous parler de dix œuvres m’ayant accompagnée dans ma vie de lectrice. Le choix a été douloureux et j’ai laissé de côté certaines de mes séries préférées pour arriver à un juste équilibre entre « raconter un peu sa vie » et « raconter beaucoup trop sa vie c’est gênant ».
Attention, c’est long !

8 – 11 ans

sakura.png

Card Captor Sakura – CLAMP
Si vous êtes né·e·s au début des années 90 et que je vous dis NANANANANA NA, vous pensez forcément à Sakura, chasseuse de carte, sans même avoir à cliquer sur le lien. Pour les autres, sachez que ce fut un sacré phénomène de cour de récré et que comme toutes mes copines, j’étais fan. Je ne sais pas comment le premier tome m’est arrivé entre les mains, mais c’était le tout premier manga de ma vie et je l’aime beaucoup pour ça. La première édition comprenait un marque page carte de Clow dans chaque tome et j’ai mis des années avant de compléter ma collection, parce que des petits malins s’amusaient à les retirer des tomes (du coup euh… j’ai fait pareil pour récupérer ce qui me manquait…. c’est pas bien…).
Sinon, c’est un manga très mignon, rempli de plein d’histoires d’amour qui faisaient frémir mon cœur (et dix ans plus tard, en les relisant, j’ai bien bugué de voir l’histoire (platonique)(manquerait plus que ça) entre la gamine de 11 ans et son professeur wow such romantisme pas du tout de la pédophilie)(si si), mais surtout d’aventures et de rebondissements. Le manga est actuellement réédité, j’imagine et j’espère qu’il plaît toujours autant aux enfants !

Mais aussi : Yu-Gi-Oh!, Détective Conan

11 ans – 13 ans

love_hina.png

Love Hina – Ken Akamatsu
Si Sakura, c’est l’école primaire, Love Hina c’est le tout début du collège, et ça marque le moment où j’ai commencé à voir une nette désapprobation de mes lectures dans les yeux de ma mère. Il faut dire que Love Hina, c’est quand même pas le plus fin de tous les mangas, et son succès au début des années 2000 est assez étonnant. Mes tomes sont explosés à force d’être passés dans toutes les mains de ma classe, et c’est aussi la première série dont j’ai acheté la fin le jour même de la sortie.
Ah, et j’ai réalisé avoir grandi en la relisant au lycée, et en comprenant enfin la blague du premier tome que je ne captais pas du tout en sixième : mais pourquoi donc l’héroïne s’offusque-t-elle de voir le héros en calbute et un mouchoir à la main ?? C’est gênant d’avoir un rhume ???
Sinon, c’est du harem avec blinde de fan service, le genre de truc que je n’aurais jamais commencé à présent, et pourtant j’ai encore beaucoup d’affection pour la série et l’auteur. Bon, je n’irai pas jusqu’à la relire non plus !

Mais aussi : La Rose de Versailles, Nausicaä et la vallée du vent, Chobits

13 ans – 15 ans

collège.png

J’arrive dans une période de voracité mangakesque, c’est à cette époque que j’ai découvert des milliards de choses et cherché à repousser mes limites. Je découvre les scantrads, les forums internet, mes lectures se prolonge dans un monde plus vaste que celui de l’école.
En même temps, j’ai un peu honte de lire des mangas ; ma mère n’aime définitivement pas mes lectures et ça me stresse un peu, au point que je cache mes mangas dans des romans « sérieux » par peur du jugement (j’étais un peu drama queen). Je lis en plus des choses un peu plus violentes, et je me découvre un goût pour les histoires déprimantes qui ne se tarira pas.

Hellsing – Kohta Hirano
Bim, la bonne dose d’utra-violence ! J’avais l’impression de faire quelque chose d’hyper interdit et je les achetais plus ou moins en douce. Hellsing, c’est quand même de la violence un peu décérébrée et gratuite avec une bonne dose de filles badass aux seins plus ou moins imposants, des vampires et des zombies-nazi. De la grosse série B que j’aimerais bien relire maintenant, histoire de découvrir si c’était vraiment bien ou si ça satisfaisait juste mes instincts primaires de gamine de treize ans ; c’est en tout cas ma première incursion dans le monde des mangas violents qui hantent les cauchemars de Ségolène Royal.

God Child – Kaori Yuki
On quitte l’ultra-violence pour rentrer dans ma période emo/grunge, celle où je découvre Kurt Cobain et où je ne quitte pas mes Doc Martens même sous 37 degrés à l’ombre.
J’adorais Kaori Yuki ; c’est triste et malsain, avec un dessin très sensible et des personnages au sombre passé torturé. C’est avec cette autrice et CLAMP (j’aurais pu en reparler ici mais elles figurent déjà au début d’article, autant faire dans la diversité) que je découvre l’univers des fanarts, des fandoms, des ships et de tout le vocabulaire qui va avec. J’achète chaque nouveau tome le jour même de sa sortie et je débriefe tout ça pendant les semaines qui suivent. Il y a certes quelques clichés et élans mélodramatiques, mais dans l’ensemble je suis sûre que ça doit se lire encore avec plaisir, car l’écriture des personnages était très soignée !

Fruits Basket – Natsuki Takaya
Je lis aussi des choses mignonnes à l’époque et j’adore Fruit Baskets, qui s’inscrit surtout dans tous les trafics de manga inter-collégiennes. Je commence à découvrir des choses grâce aux prêts des copines qui se mettent aux mangas (quand, avant, c’est surtout moi qui fournissais la came) et les séries circulent de main en mains, entre initiées.
Si, avant, c’était des prêts plutôt passif et que je ne parlais vraiment manga en profondeur que sur internet, maintenant c’est tout un réseau de fan dans la vraie vie et c’est très chouette : on fait des badges de nos persos préférés (Tsubasa Reservoir Chronicle est un truc très sérieux à l’époque), et je découvre des choses que je ne connaissais pas du tout. Fruits Basket, c’est surtout le souvenir des sacs à dos de 50 kg, remplis des livres de cours et de plein de mangas !
Et puis accessoirement, c’est aussi une excellente série qui, comme Card Captor Sakura, est actuellement rééditée. Ça serait peut-être l’occasion que je la redécouvre ?

Mais aussi : RG Veda, Quartier LointainLes lamentations de l’agneau, Tsubasa Reservoir Chronicle, Amakusa 1637, Les Descendants des Ténèbres…

15 ans – 18 ans

lycée.png

Ça y est, je m’en fous du regard des autres ; ma mère a enfin lu Quartier Lointain et admet qu’il y a aussi des bons mangas. Je commence à découvrir un peu plus le monde des blogs, des forums spécialisés, et je rentre dans l’univers des otakus, dans toute sa PASSION mais aussi dans ses dramas… et son rapport un peu particulier aux filles (pour la première fois, je découvrirais les tits or gtfo et « va me faire un sandwich » – au début, je trouve ça drôle)(au début). J’ai des goûts qui s’affinent tout en se diversifiant ; je découvre des œuvres indépendantes comme les grands classiques du manga.
Je lis plus de choses réalistes et si je continue d’être fan des longues séries, j’aime de plus en plus les séries courtes et one-shots. Je ne lis quasiment que des mangas, de la SF et de la fantasy, par réaction aux lectures obligatoires de cours qui me gonflent prodigieusement. Je fais du baby-sitting toutes les semaines pendant tout le lycée, et presque tous mes deniers durement gagnés partent en mangas.

Nana – Ai Yazawa
Je suis accro comme jamais, j’enchaîne plein de longues séries et mon porte-monnaie est sans arrêt vide, la librairie est mon passage obligatoire à la sortie du lycée. Le pouvoir d’achat de mes baby-sittings me lance dans une frénésie d’achats et Nana est un des premiers mangas à en faire les frais, au tout début de la seconde. Ça se calmera dès la fin d’année scolaire, quand je réalise qu’il faut que je me freine si je veux continuer d’aller aussi au cinéma ou boire un verre.
J’aime aussi les œuvres plus réalistes et centrées sur les préoccupations des jeunes adultes et Nana est une porte d’entrée parfaite dans cet univers, avec ses héroïnes ultra attachantes et son ton qui oscille entre humour et drame.

Bokurano – Mohiro Kitô
C’est la toute première série que j’avais d’abord lu en traduction amateur, sur internet, et qui sort en vrai ! Ça a donné une atmosphère un peu particulière à son achat en librairie, un peu irréelle. C’est également un manga qui faisait beaucoup de bruit dans les milieux otakus de l’époque, et il y avait débat sur la possible censure que l’éditeur ferait subir à l’œuvre : c’est tout de même de la SF très violente mettant en scène des jeunes collégiens et comprenant des pages plutôt graphiques (et encore, c’est limite gentillet par rapport à d’autres bouquins de l’auteur).
C’est donc la première fois que je m’intéressais de près aux problématiques éditoriales et pas qu’à l’œuvre !

Mushishi – Yuki Urushibara
C’est avec Mushishi que je découvre les mangas contemplatifs, à la toute fin du lycée, et j’adore ça !
Je lis des choses moins faciles d’accès et à destination d’un public plus âgé, des séries plus vieilles, moins pop. Je m’éloigne des univers glauques ou ultra-violents, et les séries à 150 tomes m’attirent également beaucoup moins. C’est aussi la fin d’une époque où je ne lis que des mangas et où je suis au courant de toutes les parutions à venir ; mon rythme de lecture diminue drastiquement avec mon entrée en prépa et Mushishi est la seule série qui m’accompagne encore.
En même temps, c’est une BD douce et contemplative, un grand shot d’air frais et de méditation : parfait pour respirer un peu dans un cursus très stressant !

Mais aussi : Tokyo Babylon, Life, Genshiken, Akira, Fullmetal Alchemist, Ayako, L’infirmerie après les cours, Dogs, Un drôle de père, Monster, Yotsuba &, Bienvenue dans la N.H.K, Solanin

20 ans – 25 ans

present.png

Je sors d’une énorme panne de lecture de deux ans (merci la prépa) et je me remets peu à peu aux romans. Plus personne ne m’oblige à en lire donc je redécouvre les classiques et la littérature contemporaine avec beaucoup de plaisir. J’arrive à Paris et je lis des choses bien plus variées : mais du coup, ma consommation de mangas baisse drastiquement. Je profite de Gibert Joseph pour compléter mes anciennes séries les plus rares, mais je découvre peu de choses.

All my darling daughters – Fumi Yoshinaga
Le symbole de mes pérégrinations à Gibert Joseph, qui me permettent de découvrir des pépites un peu au hasard, sans me reposer sur les avis d’internet ou des magazines. C’est un vrai manga de jeune adulte : je commencé à m’intéresser à des thématiques plus sociales et un traitement moins mélodramatique et plus réaliste des sujets plus durs.
Je profite également de ma vie à Paris pour me tourner vers des œuvres plus confidentielles, ou plus éditées en France depuis longtemps. J’achète progressivement de plus en plus de romans et de moins en moins de mangas, et à la fin de mes années parisiennes je ne traîne plus du tout dans les boutiques spécialisées.
All my darling daughters est une découverte complètement hasardeuse qui ne me marque pas tant que ça à la première lecture ; et pourtant, chaque fois que je relis le manga, il m’émeut un peu plus.

Sing yesterday for me – Kei Toume
Véritable retour au manga ! Après quatre ou cinq ans sans en lire, je décide d’enfin terminer la série. Je récupère peu à peu les derniers tomes, et ça me donne de fil en aiguille envie de redécouvrir ce qui se fait aujourd’hui en manga. C’est la série que j’aurais mis le plus longtemps à compléter : presque dix ans, puisque je l’ai commencé quand j’ai découvert la mangaka, à 14 ans !
Cela me rappelle à quel point la lecture de BD m’avait manqué (et à quel point j’aime Kei Toume) ; je redécouvre les avis de passionné·e·s et je me remets à suivre une série en cours avec Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (pas dur, vu le rythme de parution). Je ne connais plus du tout le paysage éditorial mais je me laisse conseiller de-ci de-là, et je découvre peu à peu plein de jolies choses.
Pour la première fois depuis longtemps, je pense que j’ai trouvé un équilibre qui me convient tout à fait entre mes lectures de mangas, d’essais, de romans… et j’en profite bien !

Et maintenant : Dead Dead Demon’s Dededede Destruction, L’Ère des Cristaux, My lesbian experience with loneliness, Sunny


Et vous, lisez-vous des mangas ?
Quels sont ceux qui ont marqué votre vie ?

Publicités

15 réflexions sur “Les mangas de ma vie

  1. J’ai commencé vers 13 ans avec Ranma 1/2 (que ma pote m’avait convaincue d’essayer parce qu’il était écrit à l’endroit haha) et finalement je suis tombée dedans, j’ai surtout adoré Tsubasa, Fruits Basket et Chobits (et xxx holic, parce que CLAMP encore et toujours, et d’autres Mangas joyeusement débiles comme Midori days)… Ouh, j’aimais bien Ubelblatt aussi (et j’ai eu ma période One Piece). Les derniers que j’ai lus, cétait des trucs tout mignons genre Yotsuba & ou Chi, mais ça fait vraiment longtemps que j’ai arrêté de suivre l’actu (trop cher, et je prends beaucoup trop de temps à lire des romans !).
    Par contre, mon copain m’a fait découvrir l’anime Attack on titans et vu qu’il est hyper bien, j’ose imaginer que le manga est très chouette aussi 😊

    Aimé par 1 personne

    • Eh bien tu vois, j’ai lu mon premier Ranma 1/2 le mois dernier, je ne connaissais que de nom avant !
      xxx holic j’adorais aussi (mais j’ai dû lire presque tout les Clamp pré 2010)
      À part Yotsuba&, je n’ai rien lu de ce que tu mentionne !
      Mais je suis d’accord, ça revient vite cher, surtout que ça se lit en plus très vite… c’est pour ça que je ne suis que des séries courtes maintenant (sauf quand je vais chez mes parents et que je peux faire un marathon des longues séries de ma sœur :D)

      L’Attaque des Titans j’ai vu la saison 1 mais j’ai aimé sans plus, je me suis jamais penché sur la suite…

      Aimé par 1 personne

  2. Je découvre tout un monde là ! Enfin, je connaissais l’existence des mangas, mais par contre, je connais trois titres parmi tous ceux que tu cites. Si j’aime beaucoup découvrir des one-shot ou le travail d’artistes comme Jiro Taniguchi, je n’ai jamais été très « manga en séries ». A vrai dire, c’était – et c’est toujours – surtout à cause du nombre de tomes, de l’attente pour arriver à la fin d’une série et du coût, tout ça pour des bouquins généralement dévorés en moins d’une heure (et pas du tout à cause des idées reçues sur la violence ou l’intérêt qu’ils peuvent avoir). J’avais commencé, peu ou prou au même âge que toi, Fruit Baskets en les empruntant à la bibliothèque, mais j’avais fini par laisser tomber car c’était trop galère d’obtenir les tomes, toujours partis. Mais ton article est vraiment très intéressant : même si je ne serai probablement jamais une grande lectrice de manga, j’aime beaucoup cette présentation mêlée à tes souvenirs personnels !

    Aimé par 1 personne

    • Oui, le rapport temps de lecture/prix est assez délicat avec les mangas (même si je les ai rentabilisés à force de les relire !). Maintenant je ne me lancerais plus dans des longues séries comme avant d’ailleurs, et je fais comme avec les BD : j’emprunte à la bibli, et seulement si ça me plaît j’envisage l’achat.
      Même si il y a le souci de galérer à obtenir les tomes, comme tu dis.

      Merci beaucoup, je me suis demandée si c’était intéressant de raconter ma vie comme ça donc ça me rassure 😀

      Aimé par 1 personne

  3. Ahaha, je ris, les mangas qui m’ont marqué se trouvent dans tes « Mais aussi ». Card Captor Sakura, j’ai vu quasiment l’animé dans son entier, mais pas lu le manga… Y a une belle ré-édition.. Ahem…

    Je vais peut-être te choquer (je choque pas mal de gens avec ça) mais j’ai jamais accroché à Nana ! J’ai dû lire les deux premiers tomes deux fois, et à chaque fois, ça n’est pas passé.

    Je vais faire un article le mois prochain qui parlera des livres qui ont marqué ma vie selon les périodes de ma vie, et les mangas en feront partie bien sûr. 😉

    En tout cas, c’était très intéressant ! Moi aussi, je cachais les mangas parce que mes parents désapprouvaient, quand j’en achetais, je les cachais dans mon sac… avant de les lire et de les ranger, personne ne devait être dupe, aha, mais ça m’a permis de ne pas me faire engueuler sur le coup. Par contre, t’avais des potes qui lisaient des mangas, je t’envie, je passais pour une teubé avec ça avant de quitter ma ville pour les études… (j’ai une amie qui lisait des mangas à l’époque, je me sentais déjà moins seule)

    Aimé par 1 personne

    • Oui… il y a des dorures sur la nouvelle édition en plus…
      Ah ah, les mais aussi sont parfois les mangas qui m’ont le plus marquée mais où ça aurait rendu l’article vraiiiment trop personnel x) (déjà qu’il l’est pas mal)

      Oh mais je suis pas choquée pour Nana, je les ai commencés parce qu’on me les a prêtés mais j’avais un assez mauvais a priori dessus à la base ! C’est le côté punk rock Vivienne Westwood qui m’a finalement motivée, j’étais fan des Sex Pistols 😀

      Oooh, j’ai hâte de lire ça !

      Je te comprends tellement, je pense que personne n’était dupe non plus dans mon cas ha ha. Mais c’est tellement frustrant de devoir se cacher pour des trucs aussi anodins !
      J’avoue que j’ai eu de la chance là-dessus, j’ai toujours eu plein de camarades de classe qui lisaient aussi des mangas, surtout au collège où il y avait vraiment un trafic assez massif. C’est plutôt l’inverse, c’est en quittant ma ville d’études et encore un peu maintenant que je découvre les gens de notre âge qui trouvent les mangas teubés (l’avantage c’est qu’avec l’âge, j’en ai clairement plus rien à foutre). Ça a pas dû être drôle pour toi…

      Aimé par 1 personne

      • Tu veux me le vendre un peu plus ? J’avais pas fait attention u_u »
        Je te comprends, j’ai commencé ma série d’articles et j’en explique un que tu as mis dans tes « Mais aussi », j’évite d’en dire trop, juste qu’il a eu de l’importance pour moi, aha.

        Ah bon ? D’habitude, je me fais huer, aha. Et bien j’étais bien plus rock à l’époque (je penche plus sur l’électro maintenant) mais quand même, je sais pas…

        Oui, se dissimuler pour ça, c’est pas comme si on trafiquait de la drogue… (quoi que)
        Je pense que ça dépend des établissements. Il y en avait un très généraliste, avec un peu de tout, donc il y avait des gens qui lisaient des mangas. Dans mon lycée de bourges, fallait pas y compter…
        Mais y a encore des gens de ton âge qui méprisent ce genre de lectures ? Non mais n’importe quoi… Au contraire, j’ai des connaissances qui ont mis de l’eau dans leur vin parce qu’ils ont eu leur petite période manga 😀

        Aimé par 1 personne

  4. Tu me donnes trop envie de retourner vers les Mangas ! J’emprunte énormément de BDs à la mediatheque surpassant enfin mon préjugé de « les BDs c’est pas des vraies lectures », j’étais vraiment con à l’époque. Grâce à toi je vais peut être me pencher sur les nouveautés manga.

    Aimé par 1 personne

    • Oh, je pense qu’on a tou·te·s eu des préjugés pas toujours intelligents !
      J’en ai eu sur le rap jusqu’à ce qu’un ami m’en fasse écouter au lycée en mode « arrête de dire de la merde », et il avait bien raison…
      En tout cas, si tu as besoin de conseils, n’hésite pas 🙂

      J'aime

  5. Je n’ai lu aucun des mangas que tu mentionnes! 😀

    Pendant très longtemps, cet univers s’est résumé pour moi à Dragon Ball et… c’est tout! J’ai découvert les mangas toute seule assez tard, personne autour de moi n’en parlait pendant mon enfance et mon adolescence. Peut-être que le genre est un peu sorti de sa grotte durant les 10 ans qui nous sépare? Ou alors, c’est parce que j’habitais dans une petite ville gentiment bourgeoise où le manga n’était pas considéré comme une « vraie » lecture?

    Je suis quelques séries, avec une prédilection pour Isabella Bird, Père et Fils et Bride Stories, que j’achète dès leur sortie. J’aime aussi bcp Sacrée Mamie, série terminée dont j’ai les 4 ou 5 premiers tomes. J’ai lu également qqs one shot, dont le sublime Under water. Et avec mes petits loups, on dévore Chi et Yotsuba 😉

    Mes soeurs et mon beau-frère (plus jeunes…) en lisent aussi pas mal, dans des styles assez différents (lycéennes un peu trop mièvres pour moi d’un côté, gore-sang-tripailles de l’autre).

    Et j’ai moi aussi un peu de mal avec le rapport temps de lecture/prix!

    Aimé par 1 personne

    • Il faut dire qu’il y en a plusieurs que je ne te conseillerais absolument pas 😀

      Mais je comprends, en parlant avec des lectrices et lecteurs de mangas né·e·s dans les années 80, j’ai l’impression que c’était bien moins considéré que pour ma génération qui a fait un peu office de transition, et quand je vois ma sœur et mes petits cousins (de 7/9 ans de moins que moi) je crois que c’est maintenant complètement démocratisé !

      Et puis maintenant, il y a beaucoup plus de mangas édités aussi qu’au début des années 90, c’est plus simple d’en trouver pour tous les goûts (la France est le 2e consommateur de mangas après le Japon, quand même !).
      Tu me fais penser qu’il faut vraiment que je lise la suite des Bride Stories d’ailleurs.

      Ah, par contre le rapport temps de lecture/prix… il est meilleur que pour les BD franco-belges je trouve, c’est déjà ça !
      Mais effectivement, sans la bibliothèque je n’en lirais plus beaucoup.

      J'aime

  6. Excellent article ! J’adore aussi les mangas et récolte aussi (parfois) ce genre de réactions. J’avais beaucoup aimé « Nana » et adoré « All your darling daughters ». Je viens de lire « Our dining table » qui est très bien ! Sinon, je te conseille « Monster », « Undercurrent », etc.

    Aimé par 1 personne

    • J’adore Monster (je m’étonne d’avoir oublié de le mentionner, mais en même temps j’ai dû faire un choix même dans les « Mais aussi » !), je connaissais Undercurrent de nom mais je l’ai toujours pas lu (la couverture est vraiment jolie pourtant) et je n’avais jamais entendu parler d’Our dining table, merci beaucoup du conseil et du compliment ♥

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s