3 livres autour de la musique

music.png

Ça y est, c’est l’été ! Le retour des pique niques au parc, des apéros et barbecue, des thés glacés, des soupes froides et grosses salades (et aussi des moustiques, des nuits à 28 degrés, de la crème indice 50 – bon j’avoue, même en hiver je sors pas sans -, des moustiques, de la canicule, des moustiques)…
C’est aussi la fête de la musique et je compte bien en profiter, et vous ? Histoire de marquer le coup même en restant chez soi, je vous propose quelques lectures entre pop, rock et punk, en accompagnant tout ça de musique, bien sûr.
Lire la suite »

3 bandes-dessinées pour la fête des pères

father-day_fairyland.png

C’est aujourd’hui la fête des pères, l’occasion pour moi de vous présenter trois bandes-dessinées sur la paternité !
La couverture de l’article est une photo d’Alysia Abbott et de son père. J’ai déjà parlé de Fairyland ici donc je pouvais difficilement le replacer aussi tôt, mais cette autobiographie retraçant la relation entre l’autrice et son père est parfaite, émouvante, lumineuse et complètement adapté pour le thème.

Avant de passer dans le vif du sujet, petite interrogation. Quand j’ai écrit l’article pour la fête des mères j’ai trouvé une flopée de romans idéalisant la maternité ou présentant des mères monstrueuses, rarement des portraits réalistes d’une « simple » humaine. Je ne suis apparemment pas la seule à avoir tiqué puisqu’on m’a fait exactement la même remarque en commentaire. Dans beaucoup de textes (souvent écrits par des hommes d’ailleurs) la mère est objet du livre et non sujet. C’est une sainte, un monstre, rarement une personne.
Pour les pères eh bien… c’est un différent son de cloche. La majeure partie des livres que je connais sont écrit sur le père en tant que sujet, sa peur d’avoir des enfants, ses failles, ses erreurs, ses réflexions, bref c’est un humain qui a en plus le droit de se tromper. Je n’ai pour l’instant pas trouvé un équivalent à Le livre de ma mère ou La promesse de l’aube sur un auteur qui raconte son père en le sanctifiant presque. L’autre cas de figure c’est la paternité protectrice comme dans La Route de Cormac McCarty qu’on retrouve dans un certain nombre d’œuvres (le jeu vidéo The Last of Us par exemple, ou le récent film Logan) où le père doit protéger l’innocence des attaques extérieures et ouvre petit à petit son âme de grand bourru pour montrer que oui, il a un cœur. Là on est en effet plus dans l’archétype, mais c’est à nouveau l’évolution de l’homme au contact de l’enfant qui est mis en lumière et non pas le ressenti du fils/ de la fille face à la figure paternelle (et le père est bien le sujet de l’histoire).

Alors évidemment c’est une réflexion très empirique puisque je n’ai pas lu tous les livres sur le sujet au monde ! Je pense bien (et j’espère) que ce que j’ai pu constater est dû aux limites de mes connaissances et de la recherche sur les bases de données littéraires comme Babelio donc je fais appel à vous : avez–vous constaté la même chose ?
Lire la suite »

3 livres pour la fête des mères

fete-des-mères.png
Madre, Joaquin Sorolla (1895)

Aujourd’hui c’est la fête des mères et même si ses origines françaises sont peu glorieuses (cc pétain), je me suis dit que c’était tout de même l’occasion de présenter quelques romans sur des relations enfant-maman, en essayant au maximum de ne pas tomber dans cette glorification très chrétienne de la maternité.

Au programme, un roman jeunesse, un texte autobiographique et un manga jôsei.

Lire la suite »

3 romans LGBT+ à découvrir

lgbtq+.png

Le 17 mai, c’est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Pour l’occasion je vous présente quelques romans dont les personnages principaux appartiennent aux communautés LGBT+. Alors évidemment en trois livres je n’ai pas vocation à être inclusive, c’est pourquoi si vous souhaitez vous sensibiliser mieux sur la question je vous redirige sur la chaîne YouTube de Mx Cordelia et sur le blog Biblioqueer qui présentent énormément d’œuvres très variées !
Ah, et je n’en ai pas parlé ici car je vous bassine déjà assez avec mais si vous ne l’avez pas lue : foncez sur L’Art de la Joie de Goliarda Sapienza, la vie d’une militante antifasciste bisexuelle dans l’Italie du début du XXème.

Au programme : un court roman sur l’adolescence, une autobiographie et une saga familiale.

Lire la suite »

3 romans sur la Seconde Guerre mondiale

8mai.png

Nous sommes le 8 mai, commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe et rappel si besoin est que la haine de l’autre n’a jamais mené à quoi que ce soit de bon.

S’il n’est pas bon de se complaire dans le passé il ne faut pas non plus l’oublier, et je vous propose aujourd’hui trois livres sur le sujet : un classique adapté au cinéma, une autobiographie et un roman de science-fiction. J’ai essayé de choisir des textes que je vois rarement évoqués, mais si vous trouvez inadmissible que votre chouchou manque n’hésitez pas à le faire découvrir en commentaire.

Lire la suite »

3 romans japonais sur la beauté

japon.png

Je ne sais pas vous, mais j’ai tendance à adapter mes lectures aux saisons qui passent ; dans le cas de la littérature japonaise, j’ai remarqué que j’avais tendance à en lire nettement plus au retour du printemps. Sûrement car sans être limitées à ce seul aspect, beaucoup d’œuvres sont empreintes d’un certain côté poétique et contemplatif.
Aujourd’hui je vous présente donc trois textes très différents sur la forme, mais parlant tous de la beauté.
Lire la suite »

3 romans où les héros sont des animaux

bambi.png

C’est le printemps !
Les oiseaux chantent, la nature fleurit, dans les sous-bois la faune sort de son hibernation pour gambader gaiement à travers champs. Pour l’occasion j’ai décidé de vous présenter trois romans dont les personnages principaux sont des animaux.
Pour me restreindre et rester dans une optique printanière, je me suis limitée aux bêtes qui peuplent nos forêts occidentales. Un jour viendra certainement le tour des animaux marins, de ceux de la jungle, et surtout de nos animaux domestiques (chien, chats, hamsters, poissons rouges…).

Au programme : un classique dont l’adaptation est connue de tous mais l’original méconnu, une aventure lapine fabuleusement épique et trois mousquetaires animaliers.Lire la suite »

3 écrivaines de science-fiction à découvrir

screen-shot-2016-12-02-at-11-19-30-am

J’aime beaucoup la science-fiction, plusieurs de mes romans préférés font partie de ce genre (La Horde du Contrevent d’Alain Damasio et Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes pour ne citer qu’eux). C’est un terrain de jeu fantastique qui permet souvent de décrire et critiquer notre propre présent. De la guerre froide aux problèmes écologiques, en nous montrant un futur éventuel on peut réfléchir à nos actions aujourd’hui.

À partir de là, comment s’étonner que la SF aborde aussi le sujet de la place de la femme dans la société ? Pourtant, ce n’était pas gagné : dans le cliché collectif, la science-fiction est un genre ultra masculin, abreuvé de clichés sexistes et quand des personnages féminins sont présents ils sont plutôt un prétexte romantique. Évidemment ce n’est pas une généralité, mais malheureusement même les auteurs les plus talentueux glissent parfois dans ces travers. Cela ne m’empêche pas d’apprécier leurs œuvres mais il est vrai que je m’en sens un peu exclue, car certains semblent parfois clairement démontrer que je ne suis pas le public visé. Les auteurs les plus connus sont en plus principalement masculins, et les autrices sont moins mises en valeur. Preuve à deux balles : dans les tops et listes les plus appréciés (encore des exemples ici et ) concernant la science-fiction sur le site Sens Critique, il n’y a aucune femme à l’exception de Mary Shelley (et encore, pas dans toutes les listes). Et pourtant elles existent, c’est même d’ailleurs la sus-nommée Mary Shelley qui a inventé le genre avec Frankenstein !

Pour rétablir un peu l’équilibre cosmique, je vous présente trois romans très différents écrits par des autrices que j’aime beaucoup.

Lire la suite »

#Au fil des Autrices – 3 romans à découvrir

simone.png

Aujourd’hui nous sommes le 8 mars : journée internationale des droits des femmes (et non « journée de la femme où on fait des promos sur le rouge-à-lèvres et les aspirateurs », comme certains paraissent le confondre chaque année).

Pour l’occasion, j’ai décidé de vous présenter trois romans d’écrivaines (très) connues traitant (entre autres) de la condition féminine en vous présentant et en reprenant le hashtag #Au fil des Autrices créé par Mirka, dont je vous invite à lire l’article de présentation. Lire la suite »