3 romans japonais sur la beauté

japon.png

Je ne sais pas vous, mais j’ai tendance à adapter mes lectures aux saisons qui passent ; dans le cas de la littérature japonaise, j’ai remarqué que j’avais tendance à en lire nettement plus au retour du printemps. Sûrement car sans être limitées à ce seul aspect, beaucoup d’œuvres sont empreintes d’un certain côté poétique et contemplatif.
Aujourd’hui je vous présente donc trois textes très différents sur la forme, mais parlant tous de la beauté.
Lire la suite »

Le rapport de Brodeck – Manu Larcenet

rapport_de_brodeck_1.png

J’ai connu Larcenet il y a quelques années grâce à mon copain, dont c’est l’auteur préféré. J’ai donc suivi une session de rattrapage intensive de son œuvre, ultra riche et hétérogène, qui va de l’autobiographie semi-humoristique dans le Combat Ordinaire à son travail d’illustrateur pour Le journal d’un corps de Daniel Pennac. C’est quand il expérimente le plus de choses avec son dessin que je l’apprécie le plus, comme dans Blast qui m’a complètement soufflée. Le Rapport de Brodeck est sa dernière série en date et je préviens, ça fait mal.
Lire la suite »

Jolies choses #2

Deuxième article consacré à tout sauf des livres.
Comme la dernière fois, je vogue sur les mers non littéraires pour vous présenter mes coups de cœur et découvertes, de la déco aux salons de thés, des jeux de société à mes séries du moment.

Ce mois-ci c’est très, très sériephile (quasiment toutes les séries que je suivais en hiver se sont terminées fin mars / début avril) donc j’espère que vous aimez ça… mais promis le mois prochain sera plus varié !

Le printemps

spring.png

Cela fait quelques semaines que le printemps s’est bel et bien installé, et avec lui le retour des vestes légères, des cafés en terrasse et de la bonne humeur de ceux qui n’en pouvaient plus d’attendre les beaux jours.
Alors concrètement oui, je triche, je n’ai pas découvert le principe des saisons cette année mais je suis toujours heureuse de les redécouvrir.
J’adore l’hiver, mais fin février / début mars le temps commence à se faire long. Pouvoir profiter des rayons du soleil jusqu’à 20 h donne un regain de motivation, sans en plus avoir à se farcir les agacements de l’été comme les moustiques et les nuits trop chaudes. Je ne vous fais rien découvrir de nouveau mais : youpi c’est le printemps.
Lire la suite »

Orient Exils – Annemarie Schwarzenbach

orient_exils.png

Pour cette chronique, j’ai eu un coup de cœur bien plus pour l’autrice que pour son l’oeuvre. Je ne connaissais pas Annemarie Schwarzenbach jusqu’à fort peu de temps et ce que je découvre de sa vie me fascine. Je me suis immédiatement plongée dans l’un de ses recueils de nouvelles les plus connus, et je ne sais qu’en penser.
J’ai hésité à écrire cet article, mais j’ai eu très envie de vous faire découvrir Annemarie tant je trouve regrettable que sa vie ne soit pas plus connue. Plus qu’un recueil de nouvelles, j’espère vous donner envie de découvrir un peu la vie tumultueuse de cette Suisse née en 1908 et décédée en 1942.
Lire la suite »

3 romans où les héros sont des animaux

bambi.png

C’est le printemps !
Les oiseaux chantent, la nature fleurit, dans les sous-bois la faune sort de son hibernation pour gambader gaiement à travers champs. Pour l’occasion j’ai décidé de vous présenter trois romans dont les personnages principaux sont des animaux.
Pour me restreindre et rester dans une optique printanière, je me suis limitée aux bêtes qui peuplent nos forêts occidentales. Un jour viendra certainement le tour des animaux marins, de ceux de la jungle, et surtout de nos animaux domestiques (chien, chats, hamsters, poissons rouges…).

Au programme : un classique dont l’adaptation est connue de tous mais l’original méconnu, une aventure lapine fabuleusement épique et trois mousquetaires animaliers.Lire la suite »

Alexis Zorba – Níkos Kazantzákis

alexis_zorba.png

Comme beaucoup, je connaissais le nom de Zorba par son adaptation (sans jamais l’avoir vue) et surtout la fameuse danse tirée du film. En lisant Alexis Zorba, je m’attendais à tomber sur un roman de la Grèce folklorique avec une atmosphère plutôt positive. Un roman relativement léger sur les bonheurs de la vie donc. Eh bien pas du tout, mais alors vraiment pas du tout. Déjà la fameuse danse traditionnelle ne l’est pas du tout (elle a été inventée pour le film), mais en plus le texte est profond et souvent violent.
C’est un coup de cœur surprenant, loin des clichés et de la carte postale.

Lire la suite »

C’est le 1er, je balance tout ! #2

Nous sommes déjà en avril, et revoilà le bilan mensuel inspiré par le blog de Lupiot.
Pour rappel, le principe consiste à dresser un Top et un Flop des lectures du mois, à présenter des articles sur la littérature mais pas que, et enfin à raconter un peu sa vie et ce qu’on a fait de mieux durant le mois de mars, tout ça dans l’optique de partager nos jolies découvertes du mois. C’est parti !

jebalance2.png
En mars j’ai lu 11 romans, 7 mangas et 3 BD (il n’y a que le dernier tome lu pour les séries)

Lire la suite »

Déracinée – Naomi Novik

deracinée.png

Cela faisait quelques temps que j’entendais parler de ce roman de-ci de-là, et la couverture me laissait augurer une réécriture de contes de fées tout à fait intrigante. Les avis semblaient globalement positifs voire très positifs, assez pour me tenter alors que je lis assez peu de fantasy. Je ne songeais pas forcément à le lire de suite, mais quand je l’ai vu trônant fièrement dans les nouveautés de ma bibliothèque je n’ai pas hésité une seule seconde.
Finalement… c’est une déception, et j’en suis bien la première à la regretter.

Lire la suite »

La sagesse dans le sang – Flannery O’Connor

sagesse.png

J’ai entendu parler de Flannery O’Connor pour la première fois il y a quelques semaines seulement, et pourtant ses romans et nouvelles sont considérés parmi les classiques de la littérature du sud des États-Unis. En effet, j’ai eu des réminiscences des sensations que je peux éprouver en lisant Steinbeck, mais dans un registre bien plus sombre que ce dernier. Paru en 1952, La sagesse dans le sang est un premier roman violent et poussiéreux. Si je n’ai pas eu un coup de cœur monumental pour le texte, j’ai été suffisamment dérangée pour être intriguée.

Lire la suite »

3 écrivaines de science-fiction à découvrir

screen-shot-2016-12-02-at-11-19-30-am

J’aime beaucoup la science-fiction, plusieurs de mes romans préférés font partie de ce genre (La Horde du Contrevent d’Alain Damasio et Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes pour ne citer qu’eux). C’est un terrain de jeu fantastique qui permet souvent de décrire et critiquer notre propre présent. De la guerre froide aux problèmes écologiques, en nous montrant un futur éventuel on peut réfléchir à nos actions aujourd’hui.

À partir de là, comment s’étonner que la SF aborde aussi le sujet de la place de la femme dans la société ? Pourtant, ce n’était pas gagné : dans le cliché collectif, la science-fiction est un genre ultra masculin, abreuvé de clichés sexistes et quand des personnages féminins sont présents ils sont plutôt un prétexte romantique. Évidemment ce n’est pas une généralité, mais malheureusement même les auteurs les plus talentueux glissent parfois dans ces travers. Cela ne m’empêche pas d’apprécier leurs œuvres mais il est vrai que je m’en sens un peu exclue, car certains semblent parfois clairement démontrer que je ne suis pas le public visé. Les auteurs les plus connus sont en plus principalement masculins, et les autrices sont moins mises en valeur. Preuve à deux balles : dans les tops et listes les plus appréciés (encore des exemples ici et ) concernant la science-fiction sur le site Sens Critique, il n’y a aucune femme à l’exception de Mary Shelley (et encore, pas dans toutes les listes). Et pourtant elles existent, c’est même d’ailleurs la sus-nommée Mary Shelley qui a inventé le genre avec Frankenstein !

Pour rétablir un peu l’équilibre cosmique, je vous présente trois romans très différents écrits par des autrices que j’aime beaucoup.

Lire la suite »