Autour du monde, elles écrivent – Bilan de l’automne

automne.png

Autour du monde, elles écrivent
1. Présentation du défi
2. Bilan de l’été
3. Bilan de l’automne

Noël arrive bientôt, et avec lui le début de l’hiver et de la troisième étape du défi Autour du monde, elles écrivent. Tout est expliqué plus en détail dans l’article de présentation, mais je rappelle toutefois que c’est une chouette idée d’Éléonore B. et d’Une vie, des livres.
Aujourd’hui, c’est parti pour le bilan de mes lectures d’automne !

Pour cette deuxième étape du voyage à la rencontre des écrivaines du monde entier, j’ai visité l’Europe continentale et l’Amérique du Sud : cap sur le Chili, la France, la Hongrie, la Biélorussie et le Mexique !
Comme cet été, j’ai fait de sacrées découvertes, et j’ai surtout réussi à enfin découvrir vraiment le réalisme magique, un genre qui me laissait de glace à mon plus grand désarroi (pourquoi tout le monde aime Cent ans de solitude sauf moi ? drame de ma vie). Alors que je n’avais prévu qu’une seule lecture d’Amérique du Sud, une deuxième est donc venue s’y greffer dans la foulée de mon enthousiasme pour la première.
Côté Europe continentale, j’étais en terrain beaucoup plus familier, et j’ai surtout lu des livres qui me tentaient depuis longtemps ; pas de surprise sur le vieux continent.

Lire la suite »

Publicités

Autour du monde, elles écrivent – Bilan de l’été

autour_du_monde_été.png

Autour du monde, elles écrivent
1. Présentation du défi
2. Bilan de l’été
3. Bilan de l’automne

L’Automne arrive enfin, et avec lui la fin de la première partie du défi littéraire Autour du monde, elles écrivent ! Vous pouvez retrouver la présentation du challenge et de ma liste de lectures dans l’article de présentation du défi, et rappelons également qu’il nous vient d’Éléonore B. et d’Une vie, des livres : merci à elles pour la création du concept.

Pour la première étape de ce voyage à la rencontre des écrivaines du monde entier, j’ai fait escale dans quelques pays d’Afrique et du Moyen-Orient : le Nigeria, le Sénégal, l’Afrique du Sud, la Turquie et le Liban !
J’ai pu lire quasiment tout ce que j’avais prévu (à l’exception de Lire Lolita à Téhéran que je n’ai pas réussi à récupérer à la bibliothèque) et je n’ai eu que des bonnes surprises, lectures intéressantes ou petits coup de cœur.

Comme je le pensais en « m’engageant » dans le défi, il ne met aucune pression et j’ai pris plaisir à le tenir, sans jamais me sentir forcée à lire. Cinq lectures semi-imposées sur un trimestre c’est tout à fait raisonnable, d’autant que je lis de toute manière beaucoup de littérature étrangère. En fait, ça m’a juste donné le coup de pouce nécessaire pour me motiver à aller enfin chercher à la bibliothèque des romans que je voulais lire depuis longtemps.

Sur ce, passons à mes lectures !

Lire la suite »

3 romans où les héros sont des animaux II

animauxcompagnie2
Le chien de ma grand-mère : petite boule d’amour

C’est le printemps ! Les oiseaux chantent, la nature fleurit, les toutous montrent le bout de leur queue dans les jardins publics et les chats vont se prélasser au soleil : l’occasion parfaite pour vous présenter trois romans où les héros sont des animaux.
Si l’an dernier, pour le premier opus de cette sélection, j’étais restée dans nos forêts occidentales, aujourd’hui restons chez nous pour découvrir de plus près la vie de nos animaux domestiques !
Chien, chat ou hamster : faites votre choix ! (Perso j’aime les chiens et les chats, je fais office de Suisse dans ce combat sans fin.)Lire la suite »

Our Shared Shelf : mes lectures

oursharedshelf

Vous le savez peut-être si vous suivez l’actualité littéraire mondiale, depuis deux ans Emma Watson est aux commandes d’un club de lecture féministe, Our Shared Shelf. Tous les deux mois elle propose un livre, roman ou essai, et lance la discussion sur le compte Goodreads officiel (sur lequel vous pouvez retrouver la liste complète).

J’aime beaucoup Emma Watson : déjà pour son rôle d’Hermione dans Harry Potter (je ne suis pas une fan absolue des films, mais tout de même), surtout pour la personne qu’elle est devenue, son engagement pour la cause féministe et son militantisme. Elle a souvent été critiquée là-dessus, à tort ou à raison et c’est là qu’elle m’a vraiment impressionnée ; au lieu de se fermer à toute critique, elle se renseigne et fait évoluer sa pensée. Par exemple, son féminisme peu inclusif (et très blanc) a souvent été critiqué ; elle est donc allée lire les militantes afroféministes et en propose la lecture dans son club. Elle relaie la parole sans se l’approprier et admet ses failles : franchement, si ça ce n’est pas la classe !

Bref, tout ça m’a motivée à me pencher plus en détail sur les lectures de Our Shared Shelf. Pour le moment j’ai lu six des livres proposés, mais je compte bien découvrir le reste de la liste.Lire la suite »

7 lectures Hivernales

froid.png

L’hiver est bien entamé et le temps se fait parfois long avant le retour des beaux jours et des verres en terrasse. D’ici l’arrivée du printemps, autant profiter encore un peu des charmes de la saison : pour moi, lire un bon livre dépeignant des températures glaciaires n’a jamais autant d’attrait qu’à cette période ! Pour lire les aventures de ceux qui bravent le froid, rien de tel que d’être bien installé dans le confort de son chez-soi, en pyjama moelleux ou sous un plaid, avec un thé ou un chocolat chaud, accompagné par le vent qui souffle ou la pluie qui frappe sur les fenêtres.

C’est pourquoi je vous propose quelques romans dans le thème et pour tous les goûts, à déguster bien au chaud !
Lire la suite »

Tokyo Vice – Jake Adelstein

tokyo_vice.png

J’avais envie de lire ce livre dès sa sortie en librairie, même si je n’avais aucune idée de son sujet ; la couverture de son édition grand format est très belle, intrigante juste ce qu’il faut. Les multiples avis enthousiastes qui ont fleuri sur la toile depuis m’ont d’autant plus motivée et quand j’ai vu que Tokyo Vice était sorti en poche le mois dernier je n’ai pas hésité (sans même parler de la différence de budget, la couverture de chez Point est assez sympa aussi !). Forcément, j’en attendais beaucoup et dans l’ensemble, je n’ai pas été déçue.
Alors, prêts à plonger dans le monde nocturne du Japon ?Lire la suite »

3 livres autour de la musique

music.png

Ça y est, c’est l’été ! Le retour des pique-niques au parc, des apéros et barbecues, des thés glacés, des soupes froides et grosses salades (et aussi des moustiques, des nuits à 28 degrés, de la crème indice 50 – bon j’avoue, même en hiver je ne sors pas sans -, des moustiques, de la canicule, des moustiques)…
C’est aussi la fête de la musique et je compte bien en profiter, et vous ? Histoire de marquer le coup même en restant chez soi, je vous propose quelques lectures entre pop, rock et punk, en accompagnant tout ça de musique, bien sûr.
Lire la suite »

3 bandes-dessinées pour la fête des pères

father-day_fairyland.png

C’est aujourd’hui la fête des pères, l’occasion pour moi de vous présenter trois bandes-dessinées sur la paternité !
La couverture de l’article est une photo d’Alysia Abbott et de son père. J’ai déjà parlé de Fairyland ici donc je pouvais difficilement le replacer aussi tôt, mais cette autobiographie retraçant la relation entre l’autrice et son père est parfaite, émouvante, lumineuse et complètement adaptée pour le thème.

Avant de passer dans le vif du sujet, petite interrogation. Quand j’ai écrit l’article pour la fête des mères j’ai trouvé une flopée de romans idéalisant la maternité ou présentant des mères monstrueuses, rarement des portraits réalistes d’une « simple » humaine. Je ne suis apparemment pas la seule à avoir tiqué puisqu’on m’a fait exactement la même remarque en commentaire. Dans beaucoup de textes (souvent écrits par des hommes d’ailleurs) la mère est objet du livre et non sujet. C’est une sainte, un monstre, rarement une personne.
Pour les pères eh bien… c’est un différent son de cloche. La majeure partie des livres que je connais sont écrits sur le père en tant que sujet, sa peur d’avoir des enfants, ses failles, ses erreurs, ses réflexions, bref, c’est un humain qui a en plus le droit de se tromper. Je n’ai pour l’instant pas trouvé un équivalent à Le livre de ma mère ou La promesse de l’aube sur un auteur qui raconte son père en le sanctifiant presque. L’autre cas de figure est la paternité protectrice, comme dans La Route de Cormac McCarty, qu’on retrouve dans un pas mal d’œuvres (le jeu vidéo The Last of Us par exemple, ou le récent film Logan) où le père doit protéger l’enfant innocent des attaques extérieures et ouvre petit à petit son âme de grand bourru pour montrer que oui, il a un cœur. Là, on est en effet plus dans l’archétype, mais c’est à nouveau l’évolution de l’homme au contact de l’enfant qui est mis en lumière et non pas le ressenti du fils/ de la fille face à la figure paternelle (et le père est bien le sujet de l’histoire).

Alors évidemment c’est une réflexion très empirique puisque je n’ai pas lu tous les livres sur le sujet ! Je pense bien (et j’espère) que ce que j’ai pu constater est dû aux limites de mes connaissances et de la recherche sur les bases de données littéraires comme Babelio donc je fais appel à vous : avez-vous constaté la même chose ?
Lire la suite »

3 romans sur la Seconde Guerre mondiale

8mai.png

Nous sommes le 8 mai, commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe et rappel si besoin est que la haine de l’autre n’a jamais mené à quoi que ce soit de bon.

S’il n’est pas bon de se complaire dans le passé il ne faut pas non plus l’oublier, et je vous propose aujourd’hui trois livres sur le sujet : un classique adapté au cinéma, une autobiographie et un roman de science-fiction. J’ai essayé de choisir des textes que je vois rarement évoqués, mais si vous trouvez inadmissible que votre chouchou manque n’hésitez pas à le faire découvrir en commentaire.

Lire la suite »

Moi, Jean Gabin – Goliarda Sapienza

Moi_jean_gabin.png

J’aurais voulu vous parler de romans différents, changer de genre littéraire, de pays, de thème… Mais ce sera pour une autre fois car après avoir adoré L’Art de la Joie de Goliarda Sapienza, je suis tombée au hasard des étagères de ma bibliothèque municipale sur un autre roman de l’autrice. C’était si chouette que je suis bien obligée de vous le présenter !
Écrit dans les dernières années de sa vie ce texte n’avait jamais été publié jusqu’à peu. C’est deux maisons d’éditions, l’une italienne et l’autre française (Attila), qui ont décidé d’éditer l’intégralité de la bibliographie de l’écrivaine, à très bon escient : c’eût été dommage de passer à côté de cette pépite.
Lire la suite »