All of them witches – 9 livres pour Halloween

witches_grasset.png
Trois femmes et trois loups – Eugène Grasset (1892)

Halloween approche, enfin 🎃
L’an dernier, je vous avais concocté une petite sélection sans thème particulier en guise d’introduction (oui, j’ai déjà une liste d’idées pour Halloween qui devrait couvrir au minimum les cinq prochaines années)(j’aime beaucoup Halloween).
Cette fois-ci, sortez vos chaudrons et vos bouquets de sauge, préparez vos balais et envoûtez vos chapeaux : je vous propose de passer Samhain en l’excellente compagnie des sorcières !

Cela tombe en plus très bien puisque ces temps-ci (le phénomène s’amorce depuis quelques années déjà) il y a un véritable retour en force de la figure de la sorcière. Que ce soit dans ses interprétations féministes ou dans ses aspects les plus mystiques, cet engouement n’est pas pour me déplaire. Après tout, cela fait vingt ans que la sorcellerie me fascine (un certain Harry Potter n’est pas étranger à cet intérêt) et avoir autant de matière à disposition, ce n’est que du bonus.
Sur ce, voici une petite sélection de neuf œuvres pour vous mettre dans une ambiance de sorcellerie plus ou moins accommodante, selon vos envies pour Halloween.
Bonne lecture !

Suspiria – Goblin ♫
Lire la suite »

Publicités

Solitude d’un autre genre – Kabi Nagata

my_lesbian_experience_with_loneliness.png

My Lesbian Experience with Loneliness

J’ai écrit cet article en juillet, peu après avoir lu le manga. Au départ, je ne pensais pas en parler sur le blog : même si c’est une lecture que j’ai adoré, j’ai pour principe de ne pas chroniquer les livres n’ayant pas eu droit à une version française. Je peux en parler lors de sélections, considérant que ça ne fait pas perdre grand chose, mais ce ne serait autrement pas juste pour les non-anglophones et pour ceux n’ayant pas l’occasion de lire des éditions étrangères.
J’ai fait une exception ici et j’en suis très heureuse, puisque c’est pour une très bonne raison : le manga sort en France dans trois jours chez Pika, sous le titre Solitude d’un autre genre. J’espère de tout cœur qu’il sera accompagné d’un succès mérité et que cet article vous donnera l’envie de vous y plonger !Lire la suite »

Les mangas de ma vie

mangas_de_ma_vi.png

Bonjour à tou·te·s !
Depuis quelques mois, je lis beaucoup de mangas et je m’intéresse d’un peu plus près aux nouveautés françaises, ce qui ne m’était pas arrivée depuis plus de six ans. Ça fait plaisir, et ça m’a donné également envie d’en parler un peu plus sur blog, en replongeant dans mes vieux coups de cœur et en partageant plus souvent mes découvertes les plus récentes. Vous commencez – je pense – à cerner un peu mes goûts en matière de romans sur le blog, j’espère que cet article vous éclairera sur mes affinités en matière de mangas !

Si vous en lisez également, peut-être avez vous la même expérience que la mienne (même si je ne l’espère pas) : les gens regardent parfois ces lectures de haut, comme quelque chose de mal ou d’enfantin. Encore aujourd’hui, j’ai quelquefois des réactions surprises sur mon amour du genre, comme s’il était incompatible à la lecture de romans ou d’essais. C’est d’ailleurs bien le seul format de lecture qui peut déclencher des réactions aussi outrées (vous imaginez quelqu’un dire « oh mais tu lis des romans ? T’as pas passé l’âge ?/C’est pas un peu violent ? »), même si j’ai tout de même l’impression que c’est à présent bien plus accepté et anodin.
Bref, aujourd’hui je fais un petit retour dans le temps pour vous parler de dix œuvres m’ayant accompagnée dans ma vie de lectrice. Le choix a été douloureux et j’ai laissé de côté certaines de mes séries préférées pour arriver à un juste équilibre entre « raconter un peu sa vie » et « raconter beaucoup trop sa vie c’est gênant ».
Attention, c’est long !

Lire la suite »

3 mangas LGBT+ à découvrir

eclats_d_ame_manga_lgbtq.png

Salut à tou·te·s !
L’an dernier, à l’occasion du 17 mai (journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie), j’avais décidé de vous parler de quelques romans LGBTQ+. Cette année, je m’y prends un peu en avance pour remettre le coup, côté manga.

Je suis persuadée que l’évolution des mentalités viendra aussi avec la culture, principalement la culture de masse : même si on est encore loin d’une situation idéale, les dernières années montrent un pas en avant et un discours plus libéré sur tous ces sujets. Franchement, quand j’étais en primaire et au collège, les livres comprenant des personnages LGBT+ étaient rares. Le paysage éditorial est plus inclusif depuis, y compris dans les mangas (même si dans la « vraie vie » homophobie, biphobie et transphobie se portent malheureusement très bien).
Pendant longtemps, manga + homosexualité = yaoi (ou sous-entendus homosexuels chez Clamp, tmtc)… en dehors de ça  point de salut. Si on cherchait quelque chose de plus réaliste, on se retrouvait bien vite à court. Heureusement ça bouge, et j’ose me montrer optimiste devant l’avenir : en témoignent les mangas présentés aujourd’hui !

Et comme pour le dernier article, j’en profite pour vous renvoyer à la chaîne de Mx Cordelia et au blog Biblioqueer pour encore plus d’idées lectures.Lire la suite »

Inio Asano – Être et mal-être

inio-asano.png

Je vous parle aujourd’hui l’un de mes auteurs de mangas préférés en espérant, je l’espère, vous donner envie de le découvrir. Inio Asano est déjà plutôt connu dans le monde des mangas « indépendants » au Japon, mais aussi en France où il s’est bâti une certaine considération (plus critique que commerciale d’après ce que j’ai pu lire à droite à gauche).
Attention, avec le mangaka vous risquez d’être plongés dans une vision réaliste mais plutôt pessimiste du monde et de la jeunesse : vous voilà prévenus.

Lire la suite »

Underwater – Yuki Urushibara

underwater_blog_avis.png

Aujourd’hui, je vous parle d’un manga très estival ! Je connaissais déjà l’autrice pour sa série Mushishi, l’une de mes bande-dessinées préférées que j’ai déjà évoqué ci et là mais dont il faudra que je vous parle un jour plus en détail. Pour présenter ma relation avec son œuvre sans trop en dire, disons que je l’ai lue pendant des périodes assez stressantes de ma vie (sisi la prépa) et que chaque tome m’a laissée aussi relaxée qu’après une séance de méditation.

En attendant Mushishi, voici Underwater, une lecture toute douce en deux volumes, parfaite pour ce chaud mois de juillet.Lire la suite »

3 bandes-dessinées pour la fête des pères

father-day_fairyland.png

C’est aujourd’hui la fête des pères, l’occasion pour moi de vous présenter trois bandes-dessinées sur la paternité !
La couverture de l’article est une photo d’Alysia Abbott et de son père. J’ai déjà parlé de Fairyland ici donc je pouvais difficilement le replacer aussi tôt, mais cette autobiographie retraçant la relation entre l’autrice et son père est parfaite, émouvante, lumineuse et complètement adaptée pour le thème.

Avant de passer dans le vif du sujet, petite interrogation. Quand j’ai écrit l’article pour la fête des mères j’ai trouvé une flopée de romans idéalisant la maternité ou présentant des mères monstrueuses, rarement des portraits réalistes d’une « simple » humaine. Je ne suis apparemment pas la seule à avoir tiqué puisqu’on m’a fait exactement la même remarque en commentaire. Dans beaucoup de textes (souvent écrits par des hommes d’ailleurs) la mère est objet du livre et non sujet. C’est une sainte, un monstre, rarement une personne.
Pour les pères eh bien… c’est un différent son de cloche. La majeure partie des livres que je connais sont écrits sur le père en tant que sujet, sa peur d’avoir des enfants, ses failles, ses erreurs, ses réflexions, bref, c’est un humain qui a en plus le droit de se tromper. Je n’ai pour l’instant pas trouvé un équivalent à Le livre de ma mère ou La promesse de l’aube sur un auteur qui raconte son père en le sanctifiant presque. L’autre cas de figure est la paternité protectrice, comme dans La Route de Cormac McCarty, qu’on retrouve dans un pas mal d’œuvres (le jeu vidéo The Last of Us par exemple, ou le récent film Logan) où le père doit protéger l’enfant innocent des attaques extérieures et ouvre petit à petit son âme de grand bourru pour montrer que oui, il a un cœur. Là, on est en effet plus dans l’archétype, mais c’est à nouveau l’évolution de l’homme au contact de l’enfant qui est mis en lumière et non pas le ressenti du fils/ de la fille face à la figure paternelle (et le père est bien le sujet de l’histoire).

Alors évidemment c’est une réflexion très empirique puisque je n’ai pas lu tous les livres sur le sujet ! Je pense bien (et j’espère) que ce que j’ai pu constater est dû aux limites de mes connaissances et de la recherche sur les bases de données littéraires comme Babelio donc je fais appel à vous : avez-vous constaté la même chose ?
Lire la suite »

3 livres pour la fête des mères

fete-des-mères.png
Madre, Joaquin Sorolla (1895)

Aujourd’hui c’est la fête des mères. Même si ses origines françaises sont peu glorieuses (cc pétain), je me suis dit que c’était tout de même l’occasion de présenter quelques romans sur les relations enfant-maman, en essayant au maximum de ne pas tomber dans cette glorification très chrétienne de la maternité.

Au programme : un roman jeunesse, un texte autobiographique et un manga jôsei.

Lire la suite »

Orange – Ichigo Takano

orangecouv.png

Cela faisait quelques mois que je voulais me plonger dans cette courte série de mangas, intriguée par les multiples avis enthousiastes et le pitch. J’ai profité que les cinq tomes soient enfin disponibles à la bibliothèque pour les enchaîner, et ce fut avec plaisir : sans être un coup de cœur, Orange est une bonne petite série feel-good. Le manga a eu d’ailleurs un succès considérable au Japon, où depuis sa publication en 2012 il a été adapté en animé et plus récemment en film « live ». À noter qu’il existe également un spin-off, Orange Mirai, qui raconte la série d’un autre point de vue et apporte des précisions sur la fin. Elle n’est cependant pas disponible en France.Lire la suite »