3 écrivaines de science-fiction à découvrir

screen-shot-2016-12-02-at-11-19-30-am

J’aime beaucoup la science-fiction, plusieurs de mes romans préférés font partie de ce genre (La Horde du Contrevent d’Alain Damasio et Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes pour ne citer qu’eux). C’est un terrain de jeu fantastique qui permet souvent de décrire et critiquer notre propre présent. De la guerre froide aux problèmes écologiques, en nous montrant un futur éventuel on peut réfléchir à nos actions aujourd’hui.

À partir de là, comment s’étonner que la SF aborde aussi le sujet de la place de la femme dans la société ? Pourtant, ce n’était pas gagné : dans le cliché collectif, la science-fiction est un genre ultra masculin, abreuvé de clichés sexistes et quand des personnages féminins sont présents ils sont plutôt un prétexte romantique. Évidemment ce n’est pas une généralité, mais malheureusement même les auteurs les plus talentueux glissent parfois dans ces travers. Cela ne m’empêche pas d’apprécier leurs œuvres mais il est vrai que je m’en sens un peu exclue, car certains semblent parfois clairement démontrer que je ne suis pas le public visé. Les auteurs les plus connus sont en plus principalement masculins, et les autrices sont moins mises en valeur. Preuve à deux balles : dans les tops et listes les plus appréciés (encore des exemples ici et ) concernant la science-fiction sur le site Sens Critique, il n’y a aucune femme à l’exception de Mary Shelley (et encore, pas dans toutes les listes). Et pourtant elles existent, c’est même d’ailleurs la sus-nommée Mary Shelley qui a inventé le genre avec Frankenstein !

Pour rétablir un peu l’équilibre cosmique, je vous présente trois romans très différents écrits par des autrices que j’aime beaucoup.

Lire la suite »

La Cloche de Détresse – Sylvia Plath

cloche.png

De Sylvia Plath je connaissais vaguement ses poèmes, mais jamais je n’avais lu son seul roman. C’est chose faite et ce fut un immense coup de cœur, aussi diamétralement opposé qu’il est au roman solaire de Goliarda Sapienza. Tout est très sombre ici, avec juste de rares lueurs d’espoir par moments. La Cloche de Détresse a été écrit en 1963, un mois avant le suicide de son autrice. Ce roman étant en plus à forte inspiration autobiographique, vous vous douterez que ce n’est pas joyeux.

Avant toute chose, si vous souhaitez lire le roman en en sachant le moins possible : ne lisez rien de plus, car je parlerai d’événements qui se passent à partir d’une bonne moitié du texte. Ce n’est pas un rebondissement puisque c’est le thème principal du roman, mais si vous ne connaissez par la vie de Sylvia Plath et préférez tout découvrir, ne lisez ni ma critique, ni la quatrième de couverture qui raconte absolument tout jusqu’au dernier chapitre (bien plus que je ne le fais d’ailleurs).
Vous êtes prévenus !Lire la suite »

Jolies choses #1

En milieu du mois, en écho au 1er où « je balance tout », j’ai envie de lancer une série d’articles plus lifestyle (ce fameux terme qui englobe à peu près tout et n’importe quoi) pour avoir l’occasion de vous parler de tout sauf de lectures. Une sorte de petite ouverture sur les horizons non littéraires où je vous présente mes coups de cœurs et découvertes, de la déco aux salons de thés, des jeux de société à mes séries du moment.

J’espère que vous apprécierez !

Mes jolis bijoux

bijoux.png

Je ne suis pas une fille à bijoux : j’en ai assez peu et quasiment tous sont des cadeaux. Je mets donc tout le temps les mêmes et ils ont tous une valeur sentimentale importante. Ceux-là ne dérogent pas à la règle, puisque ce sont mes cadeaux d’anniversaire. Le bracelet argenté a en plus appartenu à mon arrière grand-mère, puis à ma grand-mère, et aujourd’hui… à moi. Dès que je le porte, j’ai l’impression d’avoir quelque chose d’un peu magique à mon bras, il a quand même une centaine d’années !

Bref, je suis dingue de ces bijoux qui habillent direct une tenue un peu simple.

Lire la suite »

Orange – Ichigo Takano

orangecouv.png

Cela faisait quelques mois que je voulais me plonger dans cette courte série de mangas, intriguée par les multiples avis enthousiastes et le pitch. J’ai profité que les cinq tomes soient enfin disponibles à la bibliothèque pour les enchaîner, et ce fut avec plaisir : sans être un coup de cœur, Orange est une bonne petite série feel-good. Le manga a eu d’ailleurs un succès considérable au Japon, où depuis sa publication en 2012 il a été adapté en animé et plus récemment en film « live ». À noter qu’il existe également un spin-off, Orange Mirai, qui raconte la série d’un autre point de vue et apporte des précisions sur la fin. Elle n’est cependant pas disponible en France.Lire la suite »

#Au fil des Autrices – 3 romans à découvrir

simone.png

Aujourd’hui nous sommes le 8 mars : journée internationale des droits des femmes (et non « journée de la femme où on fait des promos sur le rouge-à-lèvres et les aspirateurs », comme certains paraissent le confondre chaque année).

Pour l’occasion, j’ai décidé de vous présenter trois romans d’écrivaines (très) connues traitant (entre autres) de la condition féminine en vous présentant et en reprenant le hashtag #Au fil des Autrices créé par Mirka, dont je vous invite à lire l’article de présentation. Lire la suite »

L’art de la Joie – Goliarda Sapienza

lartjoie.png

Aujourd’hui sur le blog je vous parle de mon gros coup de cœur du mois dernier. Cela faisait quelque temps que je zieutais dessus en librairie, où il était souvent mis en évidence avec un petit mot vantant ses qualités. L’édition du Tripode est en plus très belle, que ce soit en grand format ou en poche, alors quand on me l’a offert pour mon anniversaire j’étais : grave contente.

Ce roman a pourtant été écrit dans la douleur et l’autrice, Goliarda Sapienza, a sacrifié dix ans de sa vie et tout son patrimoine pour lui donner le jour. Il n’a en plus été publié en Italie que deux ans après sa mort et n’a connu le succès que plus tard encore. Goliarda Sapienza est très semblable à Modesta, l’héroïne de l’Art de la joie : elle est féministe, bisexuelle et farouchement antifasciste. C’est une femme dont la vie semble passionnante, et je compte dès que possible lire son autobiographie.Lire la suite »

C’est le 1er, je balance tout ! #1

En réfléchissant à ce que je veux faire de ce blog, je réalise que je ne pourrai jamais écrire des chroniques pour chaque livre lu, tout simplement parce que parfois je n’ai pas grand chose à dire, même si j’ai adoré.

Je cherchais une manière de faire un bilan régulier de mes lectures dans un format court et je suis tombée sur cet article de Lupiot. Révélation, épiphanie, c’est pile ce que j’aime lire chez les autres. Et puis la lecture c’est les romans, les BD, les essais, mais aussi les articles !
Conclusion : chaque mois, je ferai un top de mes lectures d’abord papier, puis web, dans le rendez-vous :

jebalance.png
Ce mois-ci j’ai lu 10 romans et 2 mangas, et j’ai (quasi) tout aimé.

Lire la suite »