Je suis une fan girl

fan_girl.png
Intérieur avec une jeune fille en train de lire, Peter Ilsted (1908)

Je vous retrouve aujourd’hui pour un questionnaire un peu atypique grâce à Ambroisie, qui m’a chargée de le compléter à la fin de ses propres réponses… mi mars. Mieux vaut tard que jamais, et si j’ai un peu galéré à répondre à certaines questions je me suis finalement bien amusée à chercher !


1) Si tu avais la possibilité de correspondre avec un auteur, lequel choisirais-tu ?

Goliarda Sapienza, sans aucune hésitation.
Je pense que mon admiration pour sa plume et sa personnalité commence à être plutôt claire. J’adorerai correspondre avec elle, lui raconter ma vie, obtenir de ses conseils, débattre de choses et d’autres, d’autant pour le moment je n’ai pas découvert d’autre auteur ou autrice avec qui je me sente autant en phase avec ses idées. J’ai hésité avec Simone de Beauvoir mais elle a un poil trop vieilli sur certains aspects, alors que Goliarda me paraît encore en avance sur son temps.
Et puis la cerise sur le gâteau c’est que lui écrire me permettrait d’avoir toujours de nouveaux textes à lire d’elle, parce que quand j’aurai terminé sa bibliographie je me retrouverais fort dépourvue.
Lire la suite »

Publicités

Les lectures d’une vie

robyn-budlender-112521Hello !

Ça y est, ça commence ici. Depuis le temps que je me disais “ah, si j’avais un blog je parlerai de ci, de ça”… eh bien voilà, j’ai un blog.

Et puisqu’il faut bien commencer quelque part, j’opte pour la solution de facilité en reprenant un questionnaire littéraire piqué chez Charlotte de U Lost Control. Very feignasse, pas très pro.

1) Quel est le premier livre que vous ayez lu ? À quel l’âge ?
Impossible de répondre de manière précise à la question (le saviez vous ? à l’époque, Sens Critique et Goodreads n’existant pas, les gens n’avaient aucune possibilité de retracer leurs lectures).
Je me souviens de Tistou les Pouces Verts de Maurice Druon, lu probablement au CP/CE1, qui m’avait époustouflé par sa poésie et sa philosophie (la guerre c’est mal). C’était un chouïa mièvre et un peu mystique, mais cet enfant qui peut faire pousser des fleurs à l’aide de ses pouces m’a fascinée et donné l’impulsion pour me mettre au jardinage et aux herbiers (passion n’ayant pas duré plus de deux semaines, mais tout de même).
À peu près à la même époque, j’ai lu La Petite Princesse de Frances Hodgson Burnett, et pour le coup celui ci a été lu, relu, rerelu. Mon édition Folio Junior est tâchée de Nutella des goûters, cornée et jaunie, et pour m’endormir le soir je m’imaginais dans un grenier délabré. C’est, avec les Harry Potter et Deux pour une d’Erich Kästner (qui m’a fait longtemps rêver d’avoir une jumelle) LE livre qui a façonné mes premières années de lectrice.
Lire la suite »